Fermeture de l'usine Sandvik à Fondettes : une grève annoncée ce jeudi 29 novembre

La CGT a appelé à une mobilisation des 161 employés qui risquent de se retrouver au chômage. 
Les deux usines sont contraintes à la fermeture faute de compétitivité.
Les deux usines sont contraintes à la fermeture faute de compétitivité. © MAURITZ ANTIN/MaxPPP
"Le groupe Sandvik, malgré son chiffre d’affaire en 2017 de 9 milliards d’euros et un bénéfice net de 1,3 milliards d’euros sacrifie nos emplois plutôt que d’investir.

A la CGT, on ne décolère pas. Le syndicat appelle a une grève ce jeudi 29 novembre, sur le site Sandvik Fondettes, voué à disparaître par la direction du groupe. 

La date ne doit rien au hasard : syndicats et patrons doivent entamer demain les négociations autour du Plan de Sauvegarde de l'Emploi. "Nous invitons également la population de Fondettes et des communes alentours à nous rejoindre et nous soutenir ce jour-là", appelle un tract diffusé par la CGT. 
 

L'activité pourrait s'arrêter en janvier


Le 23 octobre, le groupe suédois Sandvik annonçait à ses salariés la fermeture de son site de production de plaquettes pour l'automobile et l'aéronautique, à Fondettes. 161 personnes sont menacées de licenciement. "Les ouvriers sont sous le choc" constatait alors Jacques Bolton, représentant CGT.

Plusieurs personnalités politiques comme le maire de Fondettes, Cédric de Oliveira, mais aussi le député Philippe Chalumeau, se sont mobilisés aux côtés des salariés du groupe. 
 
Depuis, des reclassements ont été proposés, mais l'usine tourne au ralenti. Selon Info Tours, l'activité pourrait cesser dès janvier, les commandes ayant déjà été réduites de 75%. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social grève licenciement emploi