Les Beaumonts, le premier tiers-lieu de Tours, un espace collaboratif à inventer avec les habitants et les associations

Publié le Mis à jour le

C’est sur le site des anciennes casernes Beaumont Chauveau, qu’a ouvert le premier tiers-lieu de Tours, Les Beaumonts. Une halle militaire, réhabilitée de 1500 m2, un tiers lieu citoyen, solidaire et écologique à inventer par les habitants, associations et porteurs de projets en tous genres

C'est un projet original que mènent la ville de Tours et la SET, Société d’aménagement de Touraine, l’aménageur mandaté par la ville pour toute la ZAC des casernes Beaumont-Chauveau sur cette friche 10 hectares en plein cœur de ville. 

L’idée originale c’est d'imaginer le futur lieu de vie dans le quartier avant que le quartier soit construit

Léa Finot, cheffe de projet Les Beaumonts

Cette friche, ancien site des casernes Beaumont-Chauveau est une enclave dans le quartier Maryse Bastié, et très proche des quartiers Rabelais et Giraudeau. Un quartier qui va se transformer, l’école Maryse Bastié va être reconstruite ici et l’implantation du Centre national Chorégraphique de Tours a déjà été actée. Les habitants qui sont là aujourd’hui ont des besoins, des envies. Ils ont vu ce grand terrain fermé depuis des années et c’est à eux qu’on va d’abord s’adresser. Il ne restait plus beaucoup de bâtiments sur le site et la nouvelle municipalité et la SET ont choisi de préserver ces anciennes halles avec l’idée que ça devienne un lieu de vie, un lieu d’animation, un tiers-lieu dont tout le modèle reste à construire.

Depuis le 21 mars des permanences sont ouvertes 3 jours par semaine sur le site des Beaumonts, le matin, sur rendez-vous et l’après-midi de 14h30 à 17h30 les lundis, mercredis et vendredis, jusqu’au 22 octobre. Des rencontres avec des associations et des habitants du quartier, curieux ou porteurs de projets : expositions, cours de danse,  club de lecture, atelier bricolage ou réparation de vélos, ressourcerie. C’est Léa Finot, cheffe du projet les Beaumonts, qui orchestre ces rencontres avec Joséphine sur le site des Beaumonts, pour définir, accepter et tester les projets pour quelques heures,  jusqu’à 3 mois. Plusieurs conventions ont déjà été signées pour investir le lieu pendant 3 mois.

Arrivée à la SET en avril 2021, Léa a pris ses fonctions de cheffe de projet urbanisme culturel et collaboratif, avec enthousiasme. "C’est très rare, la création d’un poste au sein de l’aménageur pour accompagner des démarches collaboratives dans les projets urbains en étant sur le terrain, très en lien avec les associations".

Elle ajoute : "Depuis que j’ai commencé, j’ai rencontré plein d’associations, d’acteurs de la culture, de l’éducation à Tours qui ne connaissaient pas la SET. D’habitude l’aménageur est en lien avec les collectivités, les promoteurs et les professionnels de la ville. Là c’est différent, pour ce bâtiment et l’extérieur on a une emprise de 6000 m2 en espace test, et rien n’est défini. Tout est à construire."

Les Beaumonts : un tiers-lieu à construire ensemble

L’idée est vraiment d’accompagner l’expérimentation en étant sur le site. Souvent dans les démarches de concertation on est sur de l’appel à idées, des propositions, on voit celle qui remporte le plus de suffrages alors que là, la démarche, c’est de mettre le bâtiment à l’épreuve des usages possibles. Donc en s’installant sur le site, 3 jours par semaine, pour accueillir des habitants, des associations, des porteurs de projets, l’idée est de tester les idées.. Les conditions ne sont pas idéales car le bâtiment est brut. Il faut une bonne dose d’adaptation.

Léa Finot, en charge du projet, précise le rôle de Joséphine et le sien pendant ces permanences.

"Mon rôle est de faciliter, d’accueillir les initiatives et de mettre en contact les gens. C’est un peu de la programmation ouverte. On ne s’est pas dit : on a ce bâtiment, ce serait super de faire une bibliothèque, un espace de coworking et un café, mais de se dire, on va tester, voir ce que les gens ont envie de faire. Ce qui prend, ce qui ne prend pas et ce qui se met en place comme gouvernance. Ce ne sera pas un équipement public traditionnel mais un modèle de co-construction. On se laisse cette latitude- là de se dire, qui va gérer demain ?"

Les portes ouvertes du tiers-lieu Les Beaumonts

Le samedi 2 avril ces premières portes ouvertes ont permis aux habitants de découvrir ce lieu fermé depuis plus de 10 ans, de s’informer sur cette démarche de co-construction et l’équipe du tiers-lieu a pu déjà récolter une belle moisson d’idées sur cette expérimentation.

Toutes générations confondues, les habitants des quartiers environnants ont répondu en nombre à cette journée de découverte. Croisés au hasard dans cet espace immense et brut, ce samedi, des familles, des enfants qui jouent et des personnes curieuses et intéressées par l’état d’esprit du projet, quelques nostalgiques aussi.

Michel a du mal à contenir son émotion en voyant ce qu’il reste de l’ancien quartier des casernes quitté par l’école d’application du train en 2009. Bâtiments rasés et la disparition du manège et ses chevaux. Michel, ancien instructeur équestre et militaire, ne digère pas cette disparition et touche avec nostalgie les anneaux pour attacher les chevaux, sur le mur des anciennes écuries, aujourd’hui  tiers-lieu en chantier.

Ghislaine est venue par curiosité, ancienne habitante du quartier, elle n’avait jamais franchi les portes de cette enceinte militaire les casernes Beaumont-Chauveau.  .

L’esprit du tiers-lieu permet de rassembler les gens des quartiers environnants. La mixité sociale est importante, il faut que les esprits s’ouvrent à d’autres cultures, ne pas ériger des murs et permettre aux gens de se rencontrer.

Ghislaine, une habitante du quartier des Prébendes

 Elle aime le côté ludique et participatif d’associations scientifiques ou de recyclage comme la Ressourcerie, venues pour les portes ouvertes des Beaumonts.

Benoit est là en famille. Curieux, lui aussi. Il habite aux Prébendes, un  quartier proche de La ZAC Beaumont-Chauveau. Un quartier calme où il ne se passe rien, vraiment rien, dit-il en souriant. » Un tiers-lieu comme à Nantes, ça manque à Tours. L’idée d’un espace collaboratif c’est très bien. Il peut y avoir de la création, des boîtes innovantes, de la culture, un melting pot." Ses enfants ont tout de suite adopté le lieu et les animations scientifiques de l’association Arborescence.

"C’est bien  de regrouper tous les quartiers autour. Les habitants sont en demande et il y a aussi des volontaires. On est curieux de venir voir et ça donne envie de proposer des idées, de participer si on peut. Pour les enfants, c’est très bien".

Ces portes ouvertes ont permis beaucoup de contacts et ouvert des perspectives à des associations.  Les premières activités test à s’implanter depuis cette semaine aux Beaumonts, sont un atelier de bricolage participatif, proposé par la Low Tech Touraine, le mardi de 15 à 19h et le samedi de 9h à 13h. "La ptite Boucle et Ca Roule Vélo" seront là pour vous apprendre à réparer vos vélos le mardi de 17h à 19h et 1 jeudi sur 2, depuis le 14 avril, une vente solidaire de vêtements de seconde main et d’objets recyclés est organisée par l’association Active, de 14h à 17h. Des rendez-vous à retrouver ici.

Une convention de 3 mois a été proposée à ces associations mais elle peut être de quelques heures voire une heure selon les projets et les envies des habitants. Au fur et à mesure le quartier va se transformer et le tiers-lieu aussi. Les activités qui vont s’implanter là au fil des mois, des années vont s’actualiser.

La saison 1 des Beaumonts en chantier et sa phase de test se terminera en octobre avec un bilan pour tirer les premiers enseignements de cette expérimentation. Une saison 2 pourrait être envisagée pour continuer à faire évoluer le lieu au fil du temps. L’idée n’est pas de faire un lieu seulement culturel comme une salle de concert ou une résidence d’artistes, mais de prendre le temps d’expérimenter tant le quartier n’est pas construit. Léa conclut en rappelant le champ des possibles de ce tiers-lieu en co-construction. «L’idée est vraiment de pouvoir croiser des activités culturelles, mais aussi du réemploi, de l’économie circulaire, des transitions écologiques, sociales. C’est un lieu culturel au sens large où on apprend, où on transmet. On peut aussi, sur les espaces extérieurs, faire des chantiers participatifs, travailler avec les jeunes du quartier Maryse Bastié, des compagnons bâtisseurs."

La SET a missionné un collectif de paysagistes Zeppelin, pour voir ce que les gens proposent dans le lieu et travailler avec eux sur une scénographie et du mobilier sur l’extérieur.

Pour en savoir plus ou proposer vos idées, vous pouvez le faire par courriel tierslieux@set.fr ou venir sur le site pendant les permanences.

L’accès à la ZAC des casernes Beaumont Chauveau se fait par le portail piéton rue du capitaine Pougnon, une balade artistique le long du mur d’enceinte militaire, entièrement dédié aux graffeurs,  avant de découvrir les Beaumonts