• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Un nouveau départ pour l’association tourangelle Courteline

Des salariés devant l'association Courteline à Tours / © France 3 Centre
Des salariés devant l'association Courteline à Tours / © France 3 Centre

L’année 2018 a été difficile pour l’association Courteline à Tours. Avec le retour à la semaine des 4 jours dans les écoles et la fin des emplois aidés, l’association a dû  supprimer 80 postes. Cette année, elle veut repartir sur de bonnes bases et rassurer tous ses adhérents.

Par Cyril Dudon

Plusieurs raisons expliquent les difficultés de l’association socio-culturelle Courteline basé à Tours. En premier lieu, il y a eu la décision du gouvernement de laisser la possibilité aux communes de revenir à la semaine de 4 jours à la rentrée de septembre 2018, avec comme conséquence la fin de l’organisation des TAP - les Temps d’Activités Périscolaires. Sur la seule ville de Tours, près de 9 000 enfants bénéficiaient de ces TAP organisés sur des plages horaires pendant le temps de l’école et pris en charge par des animateurs. Pour le Directeur, Romain Ménage, « ce retour à la semaine de 4 jours a été un gros coup de massue pour la structure ». À cela s'est ajoutée la fin des emplois aidés. À Courteline il y avait une dizaine emplois d’avenir qui n’a pas pu être renouvelée. Enfin, l’association a perdu l’appel d’offre sur l’accueil de loisirs et les accueils périscolaires qu'elle gérait sur le quartier Mirabeau-Velpeau.
 

Un Plan de Sauvegarde de l’Emploi mis en place 


Pour faire face à ces difficultés et à la nécessité de réduire son personnel, un PSE (Plan de Sauvegarde de l’Emploi) a été mis en place en mai 2018. Il vient d’être validé par La DIRECCTE. Au final, le directeur explique que « sur un effectif de 250 personnes, 80 postes ont été supprimés. Pour la majorité des animateurs, mais aussi des fonctions intermédiaires comme des planificateurs ou des coordinateurs ». Certains salariés étaient dans la structure depuis une dizaine d’années, il n’a pas été simple de se faire à l’idée qu’il fallait se séparer d’eux.


Courteline veut repartir du bon pied


Avec le PSE et le départ de près de 80 personnes, il a fallu entièrement réorganiser la structure, revoir les fiches de postes et redistribuer certaines missions aux salariés. Au sein de l’association, malgré ce coup dur, le personnel reste plus que motivé. Il souhaite oublier cette année noire et . Aujourd'hui, l’association s’occupe toujours de l’accueil périscolaire et extrascolaire. Elle gère aussi les activités socioculturelles avec 160 ateliers hebdomadaires, avec des activités aussi diversifiées que l’espagnol, le karaté, la danse ou le yoga. 1 200 foyers sont adhérents à l’association Courteline et les bénéficiaires vont de 2 ans à 92 ans.
 

Sur le même sujet

Levée du couvre-feu à Joué les Tours

Les + Lus