• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Recrutements chez Solary : “Dans ce milieu, une structure verticale ne fonctionne pas”, selon le joueur BestMarmotte

Bertrand Fagnoni, BestMarmotte, lors de la Dreamhack de Tours en 2018. / © Yacha Hajzler / France 3 CVDL
Bertrand Fagnoni, BestMarmotte, lors de la Dreamhack de Tours en 2018. / © Yacha Hajzler / France 3 CVDL

Nous avions rencontré Bertrand Fagnoni, alias BestMarmotte, lors de la Dreamhack de Tours, en 2018. Il vient d'être recruté pour la toute nouvelle webTV des tourangeraux de Solary. 

Par Yacha Hajzler

"Je me suis épanoui dans le fait d'être mon propre patron, donc ça s'est dessiné assez tardivement" sourit Bertrand Fagnoni. A 34 ans, "BestMarmotte", de son nom d'artiste, n'a pas été la recrue la plus facile. 
 

10 000 heures de live


Comme cinq de ses anciens collègues, il a rejoint en février les tourangeaux de Solary, une entreprise d'esport tournée aussi bien vers la compétition que vers l'entertainment. Lui fait partie de la "Lunary", l'équipe des animateurs et vidéastes. Il animera une nouvelle webTV, dédiée au jeu de cartes en ligne Hearthstone... mais pas à temps plein. 
 

Depuis fin 2017, il travaille en indépendant, et il a entrepris de se diversifier. Meilleur français sur le jeu Hearsthstone en 2014, et à nouveau en 2017, il commence à ralentir le rythme. "Chez Solary, j'ai dit : je ferai entre 10 et 15h d'Hearthstone par semaine. J'aime toujours beaucoup le jeu, mais je dois avoir cumulé 10 000 heures de live sur Stone, ça commence à être pas mal ! (rires)"
 

Yes, boss ? No, boss


Il l'a dit, il le fait. Bertrand Fagnoni n'est pas patron, mais c'est bien le manque d'indépendance qui l'avait poussé, fin 2017, à quitter son ancienne boîte, l'Armateam. "J'étais parti sur l'idée d'une structure un peu plus horizontale, pour être au même niveau, prendre les décisions ensemble. Au final, je me suis de nouveau trouvé dans une organisation verticale, quelque chose que je n'apprécie pas énormément." 
 
Selon lui, il est loin d'être le seul à avoir ces aspirations envers les entreprises esportives. "J'ai l'impression que dans ce milieu du streaming et des webTV, quand on a des personnes au-dessus qui donnent des ordres à des personnes en-dessous ça ne fonctionne jamais. ça n'a pas fonctionné pour Eclypsia, ni pour l'Armateam, ni pour Millenium avant de se faire racheter..." 

Ça ne fonctionne pas pour une bonne raison : en matière de webTV, la vraie valeur ajoutée de l'entreprise ne peut pas être le patron. "Des patrons, y'en a partout. Des streamers qui ont une communauté, qui vont ramener suffisamment de monde, qui sont connus et respectés, il y en a moins, analyse Bertrand Fagnoni. Forcer, ça marche pas, la personne peut facilement partir, et ça peut être compliqué de la remplacer. Plus que de remplacer un manager."
 

Départs houleux à l'Armateam

Remplacer, il va le falloir chez l'Armateam, son ancienne structure. Odemian, Oliech, Vinz, Felkeine et Tars... Toutes les têtes d'affiche se sont évaporées en même temps. "Je n'ai pas été un des moteurs dans cette histoire de départs, précise Bertrand Fagnoni. Ils m'ont contacté en disant : "On en a marre de l'Armateam, on n'est plus heureux, est-ce que ça te dirait de venir avec nous ?" 

Plusieurs joueurs ont en effet donné des explications à leur départ. Théo "Felkeine" Dumont a par exemple posté un long message sur ses réseaux sociaux où il détaille les événements depuis son départ. D'autres en ont fait de même. 
 

Comme BestMarmotte, il souffre de cette relation employeur-employé inégalitaire, et même parfois malveillante, selon lui. 

Il évoque notamment un épisode où il a été soumis à une forme de chantage à la performance, alors qu'il souhaitait s'absenter pour se rendre au mariage de sa meilleure amie. "Torlk (Jérémie "Torlk" Amzallag, streamer et patron de l'Armateam ndlr) me dit qu'armaTeam ne m'enverra à aucun tournoi pendant les 4 mois à venir si je décide d'aller au mariage. C'est l'ambiance à laquelle on commence à être confronté de plus en plus chez armateam", écrit le joueur. 

Sur le sujet, Bertrand Fagnoni reste mesuré : "Je pense que je m'entendrais encore très bien avec le Torlk que j'ai connu en tant qu'animateur. Il avait un talent incroyable, dans le streaming. Mais j'ai plus de mal avec le Torlk patron d'entreprise. Je ne lui ai pas parlé depuis longtemps, je ne sais pas ce qu'il s'est passé, comment il le vit..."
 

Nouveaux projets


Pour eux tous, l'aventure Solary est l'occasion de se lancer dans de nouveaux projets, au sein d'une entreprise qui revendique cet aspect participatif et respectueux. Si les tauliers de la nouvelle webTV seront bien ses anciens coéquipiers, BestMarmotte compte bien largement participer aux lubies Solary.

"Je suis là pour leur donner un coup de main, les aider à compléter leur grille ou être là pour des projets donnés. Ce que Solary fait bien, c'est qu'il se passe toujours quelque chose, chaque semaine à son événement. A l'Armateam, on faisait beaucoup de fonds verts : quelqu'un qui se pose et qui joue à son jeu. C'était entièrement ma faute, puisque j'étais beaucoup en charge de ça", reconnaît-il volontiers. 

Récapitulatifs de l'actualité des jeux, sessions spéciales avec des coachs d'un jour, quizz, participation d'autres webTV... Solary ne chôme pas pour s'assurer une place au soleil dans l'entertainment.
 

"Les projets Solary, généralement c'est ultra cool, ils ont cette faculté à vraiment y aller et faire les choses sans trop calculer, c'est très bien dans ce milieu." Game on. 

Sur le même sujet

Tours : les détenus de la maison d'arrêt ont voté pour les élections européennes

Les + Lus