Meurtre de Matisse : l'artiste MOrisse, sa cousine, lui dédie sa chanson "Au revoir" et émeut les réseaux sociaux

L'artiste MOrisse a publié sur Facebook un couplet de sa chanson "Au revoir", qu'elle a décidé de dédier à Matisse, 15 ans, mort poignardé à Châteauroux le 27 avril.

"On me dit que tu es parti..." Sur son compte Facebook, Lison Mezzina, alias MOrisse, publie ce 1er mai un court extrait d'une chanson, Au revoir. Elle y chante le départ d'un être cher. "Ta chandelle a les ailes qui flanchent", sur de douces notes de guitare. L'extrait est écouté des milliers de fois, et des dizaines de commentaires bienveillants s'accumulent sous la publication.

Un hommage à Matisse, adolescent de 15 ans tué à Châteauroux de plusieurs coups de couteau samedi 27 avril. Un autre adolescent a, depuis, été mis en examen pour meurtre. "Je l'ai appris en ouvrant les réseaux sociaux le lendemain matin", se souvient l'artiste. Il faut dire que la chanteuse est la cousine de Matisse. "C'est le fils de la fille de la sœur de mon grand-père maternel."

MOrisse vit à Sète, loin de Châteauroux. "Matisse, je le voyais une ou deux fois par an, mais c'était à chaque fois un bonheur : c'était un être tendre, sensible, bienveillant, se souvient-elle. C'est un portrait qui peut sembler idyllique, mais il y a des gens comme ça."

Une chanson restée cachée pendant 10 ans

Alors, en apprenant la mort de son cousin, elle ne "trouve pas les mots". "Je n'ai pas su quoi dire, ou qu'écrire à ses parents. La seule chose que j'ai trouvée, c'est poster ce premier couplet."

Mais Au revoir n'a pas été écrite, composée, enregistrée et produite en trois jours. Le morceau date de 2014, et n'est jamais sorti. "C'était peut-être trop intime, on se la partageait avec des proches, je pense qu'une bonne partie de ma famille ne la connaît même pas." Car, si la chanson est ancienne, elle ne tire pas son origine d'un évènement moins tragique.

À l'époque, MOrisse prend l'avion pour rentrer chez elle, après avoir assisté au mariage d'une cousine quelques jours plus tôt, à Nice. Et découvre, dans la presse, sa disparition. "Elle est morte dans un glissement de terrain pendant une grosse tempête. Son père était capitaine des pompiers, il est intervenu sur les lieux, il a eu le temps de parler à sa fille à travers la terre, sans pouvoir la sauver."

L'artiste enregistre alors la chanson, en hommage à Christelle, sa cousine disparue. Mais ne la sort pas. "Elle est restée entre nous, comme une blessure qu'on ne veut pas rouvrir."

"Des mots doux sur des choses dures"

Dix ans plus tard, alors que la famille se retrouve à nouveau bouleversée par un drame, la chanson trouve un nouveau destin. Notamment grâce à ses métaphores "universelles", qui permettent de parler à tout le monde, "de résonner pour n'importe qui, qui disparaît de manière aussi tragique", explique MOrisse.

Elle y parle de nuage, d'oiseaux, de pluie... Des éléments naturels qui ont toujours imprégné sa musique.

J'utilise un champ lexical de la douceur pour parler de violence. Quand les choses sont trop dures, on n'arrive pas à mettre des mots dessus. Si on utilise des mots doux sur des choses dures, on peut en parler.

MOrisse

Pour elle, la chanson a en effet pour but de "mettre des mots sur cette violence inouïe" : "C'est l'émotion qui peut nous rassembler, ça passe par de l'empathie. L'art peut aider à mettre ça en évidence."

Après dix ans de secret, "Au revoir" sera publiée sur Youtube ce vendredi 3 mai, et cinq jours plus tard sur les plateformes de streaming. Elle devrait, aussi, être jouée lors de la marche blanche en hommage à Matisse, qui se tiendra ce samedi 4 mai à Chateauroux. Départ de la place La Fayette, à 15h30.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité