• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Indre : le premier radar tourelle a été installé

Le radar vient d’être installé sur la D943, entre La Châtre et Chateaumeillant. / © France 3 Centre-Val de Loire
Le radar vient d’être installé sur la D943, entre La Châtre et Chateaumeillant. / © France 3 Centre-Val de Loire

Le radar vient d’être installé sur la D943, entre La Châtre et Chateaumeillant.
 

Par France 3 Centre-Val de Loire

Son installation avait été annoncée en mai dernier par le Préfet de l’Indre Thierry Bonnier. Le premier radar tourelle vient d’être installé dans le département de l’Indre, précisement sur la départementale 943, entre La Châtre et Chateaumeillant.

Victimes collatérales du mouvement social des gilets jaunes, cinq radars sur les vingt-deux installés dans le département de l’Indre avaient été mis hors d’usage. Aussi pour éviter d'autres cristallisations de colère autour de ces outils, le nouveau radar sera installé à quatre mètres d'hauteur. Mais surtout, il sera doté de nouvelles technologies qui lui permettront de prendre les contrevenants cent mètres avant et cent mètres après son emplacement. Il constatera aussi l’absence de ceinture, l’éventuel usage de téléphone ou encore le franchissement d’une ligne continue et des feux rouges. 400 radars de ce type devraaient être installés d'ici la fin de l'année en France, pour un montant de 101,7 millions deuros. La phase d'installation se poursuivra l'année prochaine, avec 1200 radars du meme genre opérationnels au 1er janvier 2024.
 
Indre : le premier radar tourelle a été installé / © France 3 Centre-Val de Loire
Indre : le premier radar tourelle a été installé / © France 3 Centre-Val de Loire
 

"Il faut miser sur l’éducation des automobilistes et sur la prévention."

Ses capacités sont jugées trop intrusives par les automobilistes interrogés aujourd’hui à proximité du nouveau radar. Mais aussi par Sylvain Dutouya, président de l’automobile club de la région Centre-val de Loire, qui se dit inquiet : "Il s’agit d’un système qui s’introduit trop dans la vie de l’automobiliste. Il a aussi un côté répressif, qui pèsera encore une fois sur le portefeuille des usagers. Ce côté de l’outil peut être un complément." Et de suggérer : "Car il faut miser sur l’éducation des automobilistes et sur la prévention." 
 



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Maltraitance animale : l'ours Mischa soigné en urgence au refuge de

Les + Lus