Rendez-vous de l'histoire : de l'utopie à l'horreur, les mondes du travail à portée de manette

Pour la troisième année consécutive, les Rendez-vous de l'histoire de Blois accueillent un espace dédié aux jeux vidéo les 9 et 10 octobre prochain. Au programme : de la théorie... mais aussi de la pratique

"Vos papiers s'il vous plaît.... Bienvenue en Arstotzka", lâche mon avatar dans un borborygme monotone avant de tamponner un dernier passeport. Une sirène retentit : fin de journée. Un crissement en provenance du fax confirme mes craintes : j'ai vérifié trop vite et j'ai laissé passer un clandestin avec de faux papiers. Me voilà confronté à une retenue sur salaire et à une surveillance accrue de mon travail... pas de chauffage cette nuit, et ça ne va pas faciliter ma collaboration avec la Résistance.

Dans Paper Please, l'essentiel du gameplay se produit lors d'une succession de journées de travail. Et pas n'importe quel travail, puisque le joueur doit se mettre dans les bottes à fermeture éclair d'un agent des douanes de la république aussi fictive que totalitaire d'Arstotzka en 1982.

Le monde du travail à l'épreuve du jeu vidéo

Paper Please n'est pas le seul jeu vidéo à s'être réapproprié le monde du travail : l'utopie agricole d'Animal Crossing, les labyrinthiques tapis roulants de Factorio, l'open-space beckettien de Stanley Parable ou encore l'inquiétante pizzeria de Five Nights at Freddy's sont autant d'exemples par lesquels le jeu vidéo exploite les lieux où beaucoup d'entre nous passent 35 à 50 heures par semaine. Et pour cette 24e édition des Rendez-vous de l'histoire, le jeu vidéo a donc beaucoup à dire sur le thème retenu.

Pour la troisième fois, c'est l'auteur et enseignant spécialisé dans les jeux vidéo Mehdi Debbabi-Zourgani qui organise l'espace dédié au 10e art à Blois. Installé en 2019 à la Fabrique, l'espace jeu vidéo se rapproche en 2021 du centre de l'événement en investissant le site Jaurès de l'université, pour le plus grand plaisir de l'intéressé. "On est vraiment ravis et fiers d'avoir cette chance de parler du jeu vidéo, d'autant plus que l'on nous a laissé carte blanche depuis le début". Le tout avec un succès certain puisqu'en 2020, dans un contexte de crise sanitaire et de salles jaugées, "on avait dû refuser du monde !"

Manon Bril et Clément Viktorovitch sur la liste des invités

Au programme : une table ronde le samedi 9 octobre à partir de 14h30 avec la vidéaste et docteure en histoire contemporaine Manon Bril, l'historien spécialiste du jeu vidéo Julien Lalu et le politologue et chroniqueur de Clique TV Clément Viktorovitch autour des "rhétoriques à l'oeuvre dans les expériences vidéoludiques", précédée à partir de 10h d'une conférence d'introduction animée par Julien Lalu et Mehdi Debbabi-Zourgani.

Le dimanche 10 octobre, Mehdi Debbabi-Zourgani et Julien Lalu seront rejoints par Hélène Sellier, docteure en littérature comparée et narrative designer ainsi que Romain Vincent, enseignant, chercheur en sciences de l'éducation et auteur de la chaîne Youtube Jeu vidéo et histoire, autour du thème des évolutions contemporaines du travail dans les jeux vidéo.

Enfin, de 14h30 à 16h, la théorie laissera la place à la pratique avec une "conférence ludique" où les études de cas se sur les figures historiques du travail se feront "sur pièce" en compagnie d'Hélène Sellier et de l'enseignante et vidéaste Justine Defrance, de la chaîne "La Prof".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire culture sorties et loisirs jeu vidéo