Le laboratoire Chiesi investit 10 millions d'euros dans le Loir-et-Cher : au lendemain du sommet Choose France, le ministre de l'Industrie visite l'usine

Deux dates, deux lieux, et le même sentiment de satisfaction. D’abord, lundi 13 mai sous les dorures de Versailles, les plus gros investisseurs étrangers étaient réunis au sommet « Choose France » présidé par Emmanuel Macron. Puis, le lendemain, le ministre de l’Industrie Roland Lescure, se déplace à la Chaussée-Saint-Victor, sur le site français du géant pharmaceutique italien Chiesi qui investit 10 millions d’euros dans le Loir-et-Cher.

Ils se tiennent tous debout. Alignés. En rang. Plusieurs d’entre eux portent l’écharpe tricolore. Celle de maire, celle de parlementaire.

Comme à l’occasion de chaque visite ministérielle, le comité d’accueil est prêt. La berline noire n’est pas encore à l’arrêt que Roland Lescure ouvre déjà la portière arrière. Il en sort et salue chaleureusement ses hôtes du jour, un par un. Sourires, main tendue, et petit mot amical pour chacun. Remerciements particulièrement appuyés au président italien du groupe Chiesi. Les deux hommes partagent leur bonheur, celui de savoir le groupe parmi les plus gros investisseurs sur le sol français. « Merci beaucoup pour tout ce que vous faites, on est très heureux », lâche, enthousiaste, le ministre de l’Industrie.

Passés les salutations et les premiers discours, le ministre, les élus et les directeurs de Chiesi rejoignent une salle de réunion. Dans un français parfait, Alessandro Chiesi, prend la parole, trahit par un accent italien prononcé. « Nous sommes honorés de vous recevoir ici au lendemain du sommet Choose France auquel Chiesi à eu l’honneur d’être convié pour la 7ème année consécutive ». Chiesi est un géant italien, à la pointe des laboratoires pharmaceutiques. Fabricant de respiratoires et d’inhalateurs, investisseur régulier dans le Loir-et-Cher et habitué du sommet Choose France.

Ce lundi 13 mai à Versailles, 56 annonces d’investissements étrangers ont été faites pour un montant total de 15 milliards d’euros.

Chiesi s’engage à investir 10 millions d’euros d’ici 2026 sur son site près de Blois. Depuis 10 ans, le groupe aura injecté plus de 150 millions d'euros dans cette usine.

Quelques applaudissements nourris dans la petite salle. Au tour de Roland Lescure de prendre la parole. « A Versailles, on fait des annonces. Mais les parpaings c’est dans la Somme, dans les Hauts-de-France ou à la Chaussée-Saint-Victor qu’ils sortent. C’est dans les territoires que ça se passe. »

Des retombées attendues 

Tradition oblige, le ministre coiffe une charlotte, enfile une surblouse et entame la visite des locaux. Les couloirs blanc immaculé, desservent des laboratoires vitrés. Détails de la production, infos sur les formations, difficultés de recrutement, les sujets sont divers. Habituels. Quelques rencontres à la volée, échanges de banalités avec les employés. Des salariés qui seront de plus en plus nombreux, une centaine sera bientôt recrutée. Promesse dans les hautes sphères. Satisfaction du maire.

« Des familles vont arriver, de nouveaux habitants, des logements, les écoles vont continuer à se remplir et les commerces vont bénéficier de ces retombées »

Stéphane Baudu, maire de la Chaussée-Saint-Victor.

A l’extérieur, devant le chantier d’agrandissement à dix millions d'euros, les officiels tombent la surblouse et Roland Lescure retrouve son costume sombre d’heureux ministre. « L’industrie mondiale est en train de choisir la France, on réindustrialise, on crée de l’emploi. Il faut pouvoir se féliciter de ces bonnes nouvelles »

Six investisseurs étrangers dans la région

Et avec Choose France, les bonnes nouvelles fleurissent. Au total, cinq autres projets d’investissements étrangers ont été annoncés en Centre-Val de Loire.

Vorwerk et son Thermomix annonce 72 millions d’euros d’investissement sur le site de production de Châteaudun en Eure-et-Loir.

Autour de 110 millions d’euros seront répartis sur trois départements français dont le Loiret pour le fabricant suédois de papier toilette Essity.

Mars investit 130 millions d’euros en France. L’usine de Saint-Denis-de-l’hôtel bénéficiera également de cette enveloppe.

Le spécialiste américain du soin capillaire Procter & Gamble répartira 65 millions d’euros entre ses deux sites d’Amiens et de Blois. Dans le Loir-et-Cher, le groupe augmentera sa capacité de production et s’engage à optimiser sa chaîne logistique.

La création d’Europhan, anciennement Recipharm à Monts en Indre-et-Loire a également été annoncée officiellement à l'occasion du sommet "Choose France".