Plainte pour viol, harcèlement et agression sexuelle contre un maire du Loir-et-Cher : des accusations sur "fond de haine politique"

Le Canard enchaîné a révélé que le maire de Saint-Aignan-sur-Cher (Loir-et-Cher) était visé par une information judiciaire pour "viol et harcèlement sexuel". Selon l’édile, il s’agirait de rumeurs que ses adversaires politiques feraient circuler. L'avocat d'une ancienne opposante au maire s'exprime pour la première fois et évoque une situation locale hallucinante, "là on a à peu près toutes les infractions possibles en tant qu’élu".

Un élu en compétition pour le livre des records de plaintes“. Tel est le titre d’un article du Canard enchaîné du 8 février qui met en cause Éric Carnat. Le journal met au jour les plaintes en cours contre le maire de la commune de Saint-Aignan. Notamment pour viols et agressions sexuelles.

Une information judiciaire est ouverte au parquet de Blois depuis le 9 décembre 2022, nous a confirmé Charlotte Beluet, procureure de la république. Deux plaintes ont été déposées distinctement, par deux femmes. L'une pour viol et harcèlement sexuel, l'autre pour harcèlement sexuel et moral.

Dans cette affaire, difficile d'entendre la voix des plaignants. "A chaque fois qu'elle ouvre la bouche, elle est attaquée en diffamation", explique Me Jérôme Karsenti, qui représente Marie Piau. L'ancienne opposante est en conflit judiciaire ouvert avec l'élu, notamment pour harcèlement aux PV. 

Un volet financier

Plusieurs dossiers sont en cours, avec des plaintes parfois croisées, nous précise la procureur Charlotte Beluet. Certaines plaintes ont été classées sans suite, elles sont arrivées avant la prise de fonction de la représentante du ministère public, en septembre 2022.

Le journal satirique met aussi en lumière des soupçons d'abus de biens sociaux, et le départ de 18 salariés sur les 41 de la mairie.

Favoritisme, détournement de fonds publics, harcèlement aux PV, la liste s'allonge, et aux yeux de Me Jérôme Karsenti, le cumul commence à être conséquent.

Je travaille dans la corruption depuis 20 ans, là on a à peu près toutes les infractions possibles en tant qu’élu.

Maître Jérôme Karsenti

C'est d'ailleurs après avoir dénoncé un système de fausses factures que l'un des bras droits du maire démissionne en 2018, non sans mal. 

Un maire autoritaire ? 

Eric Carnat, un maire qui s'impose par la force ? C'est en tout cas ce que laissent entendre certains interlocuteurs. Me Jérôme Karsenti d'affirmer qu'il existe un réel malaise au sein de la commune, y compris chez les habitants : "il y a beaucoup de souffrance, liée à cet abus de pouvoir".

L'avocat, qui représente Marie Piau, et ses parents, détaille une situation de harcèlement envers l'ancienne opposante au Conseil municipal. Il évoque des "preuves" qui attestent que les dénonciations ne sont pas "mensongères". 

Aussitôt garé, aussitôt verbalisé 

À l'aide d'une caméra de vidéo-surveillance braquée sur le portail de l'ancienne élue, les voitures des Piau sont systématiquement verbalisées lorsqu'elles se garent devant leur entrée. "Il a une haine absolue contre cette famille” affirme le conseil, détaillant des rivalités politiques anciennes. Il dénonce alors des “pratiques autoritaires, anti démocratiques.” Selon lui, les PV se comptent en dizaines. 

"J'ai face à moi des clients abattus. Il y a tellement de procédures que je ne les facture plus. Sinon ils sont écrabouillés par la justice." Un reproche que fait Me Karsenti à la justice : "les plaintes pour diffamation du maire aboutissent, mais pas celles de ma cliente."

Une lanceuse d'alerte ? 

Il raconte notamment un épisode, lorsque Marie Piau est encore au Conseil municipal. Une arrivée 7 minutes en retard lui vaut d'être considérée absente. Au moment où elle souhaite déposer des conclusions, dans le cadre de son rôle à la commission des marchés publics, le maire le lui interdit. "Elle venait pour dénoncer des irrégularités" affirme Me Karsenti. Il l'assure, sa cliente est une "lanceuse d'alerte". 

L'édile porte plainte lorsqu'elle poste une photo de l'horloge, avec elle même et le maire dessus, pour afficher la situation sur un blog d'opposition. "Il porte plainte pour diffamation, qui est ensuite requalifiée en atteinte à la vie privée parce que le lieu est considéré comme privé. Information judiciaire ouverte, elle est mise en examen" explique l'avocat avant d'enfoncer le clou :

On est dans un monde de fou.

L'avocat d'une élue d'opposition

Plainte de 25 pages 

Actuellement, Eric Carnat n'est pas mis en examen pour les différentes plaintes déposées contre lui. Il n'a pas été entendu par les enquêteurs.

Fin janvier, Me Karsenti reprend tous les faits que dénoncent ces clients pour en faire une plainte globale. 25 pages dans lesquelles il détaille ce que Marie Piau et son père reprochent au maire. 

L'élu a quant à lui réagit en quelques phrases, sous forme de communiqué de presse. Il dément l'ensemble des soupçons et accusations portées contre lui.

"Les adversaires politiques pratiquent la calomnie et, faute de voir leurs plaintes aboutir, agitent les médias à coup d’informations tronquées" estime-t-il. Dénonçant de "fausses accusations". "Ils ne reculent devant aucune basse manœuvre et le maire ne doute pas que leurs accusations calomnieuses seront vite balayées" termine enfin le communiqué.

L'avocat de la plaignante pour viol a été contacté par France 3 Centre-Val de Loire, il n'a pas pu s'exprimer dans les délais impartis avant publication. 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité