Hausse des prix de l'électricité : ce qui va changer sur votre facture au 1er février

Le ministre de l'Économie, Bruno Lemaire, a annoncé une nouvelle hausse des prix de l'électricité à partir du 1er février. Elle devrait être comprise entre 8,6 %, et de 9,8 %.

Une décision "difficile" mais "nécessaire", jure Bruno Le Maire. Invité sur le plateau de TF1 ce 21 janvier, le ministre de l'Économie a annoncé une nouvelle hausse des tarifs d'électricité, la quatrième en l'espace de deux ans. 

Après février 2022 (+4%), février 2023 (+15%) et août 2023 (+10%), les prix devraient, cette fois, augmenter "entre 8,6% et 9,8%" pour "97% des ménages", assure le ministre. Ainsi, l'augmentation totale sur deux ans se situe autour de 43 à 44%.

Hausse de taxe

Pour comprendre d'où vient cette hausse, il faut se plonger dans la taxe intérieure sur la consommation finale d'électricité (TIFCE) que l'on appelle désormais la fraction perçue sur l'électricité. Cette taxe, prélevée sur la facture des fournisseurs d'électricité, a été abaissée en 2021 à un euro par mégawattheure dans un contexte de forte inflation. C'est l'une des mesures du bouclier tarifaire qui doit progressivement prendre fin d'ici 2025.

C'est donc sur cette fraction perçue de l'électricité que le gouvernement pousse les prix à la hausse afin de faire rentrer des finances dans les caisses publiques. "Six milliards d'euros" supplémentaires devraient être ainsi engloutis par l'État, selon Bruno Le Maire.

Une décision qui a fait bondir associations et oppositions de tous bords politiques et notamment le sénateur communiste Fabien Gay, vice-président de la commission des affaires économiques, qui fustige un "nouveau racket inacceptable des usagers" sur le réseau social X.

Et sur ma facture ? 

Concrètement, pour les tarifs heures pleines/heures creuses, la hausse au 1er février sera de 9,8% et de 8,6% pour les tarifs de base. Selon le ministre de l'Économie, cela signifie que 97% des ménages seront concernés par une hausse inférieure à 10%.

Pour les quelque 400 000 abonnés particuliers ayant opté pour l'option "effacement jour de pointe", le tarif augmentera de 10,1%. Ces abonnés bénéficient d'un tarif avantageux, mais s'engagent à réduire leur consommation lors des jours de forte demande nationale, par exemple, lors de périodes de grand froid.

Quant aux petites entreprises et aux abonnés non résidentiels, la hausse sera de 5,2 à 8%, en fonction des contrats.

116 euros de plus par mois

Le ministère de l'Économie a fourni quelques simulations, afin d'estimer la hausse des coûts sur le portefeuille des ménages. Ainsi, une maison de quatre pièces chauffée à l'électricité (9 MWh/an) verrait sa facture augmenter de 17,8 € par mois.

Pour une boulangerie sous tarif réglementé heures pleines/heures creuses et avec une consommation annuelle de 90 MWh, il faudra débourser 116 € de plus par mois. Enfin, pour un appartement d'une pièce non chauffée à l'électricité, l'augmentation moyenne devrait avoisiner les 4,5 € par mois.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Centre-Val de Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité