• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Loiret : une vie au service de la foi au monastère de Bouzy-la-Forêt

9 des 13 soeurs bénédictines de Bouzy-la-Forêt (Loiret) / © Bérénice du Faÿ / France 3 Centre-Val de Loire
9 des 13 soeurs bénédictines de Bouzy-la-Forêt (Loiret) / © Bérénice du Faÿ / France 3 Centre-Val de Loire

Elles ne sont plus que 13 sœurs à vivre au monastère Notre-Dame du Calvaire à Bouzy-la-Forêt (Loiret). Ces 13 bénédictines, âgées de 50 à 85 ans, ont choisi une vie consacrée à Dieu et au travail.

Par Bérénice Du Faÿ

Dans le monde, 16.000 sœurs bénédictines sont réparties dans 840 abbayes et monastères. 2 lieux les accueillent en Centre-Val de Loire: le Monastère de Bouzy-la-Forêt dans le Loiret et l’Abbaye Notre-Dame de Fontgombault dans l’Indre.

Quand elles entrent au Monastère, ces sœurs font 4 vœux: obéissance, pauvreté, chasteté et stabilité. Tout au long de leur vie, elles s’attachent à mettre en pratique leur devise : "prie et travaille". Toutes suivent la règle de Saint Benoît, une doctrine monastique écrite par Saint Benoit de Nursi afin de guider ses disciples dans la vie monastique communautaire.  
 
La vie des soeurs bénédictines est rythmée par le travail et la prière. / © Grégoire Grichois / France 3 Centre Val de Loire
La vie des soeurs bénédictines est rythmée par le travail et la prière. / © Grégoire Grichois / France 3 Centre Val de Loire

Suivant ces préceptes, les bénédictines refusent l’oisiveté et valorisent le travail manuel. Ainsi, à Bouzy-la-Forêt, elles ont choisi de produire de l’eau d’émeraude, une lotion purifiante et apaisante fabriquée à partir de miel et de plantes aromatiques.

Les journées de ces moniales sont bien remplies. Elles se lèvent tous les jours à 6 heures pour participer, quelques minutes plus tard, au premier office de la journée appelé "les Laudes". C’est le premier des 7 rendez-vous spirituels qui rythment leur quotidien.

Une vie consacrée à la prière et au travail.


Chaque sœur a la responsabilité d’une tache (cuisine, buanderie, hôtellerie monastique et jardinage). Elles sont sous l’autorité d’une mère prieure. En février 2019, les bénédictines de Bouzy-la-Forêt nous ont ouvert leurs portes.

Pendant une semaine, nous avons pu les suivre dans leur quotidien et comprendre ce qui les avait amenées à faire le choix d’une existence monastique. Une vie hors du monde avec ses questionnements, ses doutes mais aussi sa très grande joie et sa simplicité.
 
► Le magazine de Bérénice du Faÿ, Grégoire Grichois et Maxime Vaillant en immersion chez les soeurs de Bouzy-la-Forêt
 

Sur le même sujet

Bourges : l'hyper centre-ville limité à 20 km/h

Les + Lus