• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

9 gilets jaunes devant le tribunal pour avoir muré l’entrée du centre des impôts de Montargis

Illustration / tribunal d'Amiens / © Clémence Gourdon Negrini / Radio France/Maxppp
Illustration / tribunal d'Amiens / © Clémence Gourdon Negrini / Radio France/Maxppp

9 gilets jaunes, dont Côme Dunis, seront jugés par le tribunal de grande instance de Montargis le mercredi 3 avril prochain, pour avoir muré l’entrée du centre des impôts de Montargis en novembre dernier.

Par France 3 Centre-Val de Loire

Dans la nuit du 28 au 29 novembre 2018, 11 gilets jaunes étaient interpellés et placés en garde à vue après avoir muré l’entrée du centre des impôts de Montargis (Loiret).

Parmi eux se trouvait Côme Dunis, le très médiatique gilet jaune montargois et ancien candidat sur la liste RIC aux élections européennes.

Pris en flagrant délit, Côme Dunis et 8 des gilets jaunes interpellés ce soir-là comparaitront devant le tribunal de grande instance de Montargis le 3 avril prochain. Tous avaient reconnu les faits en garde à vue.

C’est l’ex-candidat aux élections européennes qui a annoncé lui-même la date de l’audience sur sa page Facebook: "Par cet acte fort, nous avons voulu protester contre le matraquage fiscal de l'Etat. Nous n'invitons personne à reproduire ce que nous avons fait. Les lois de la République doivent être respectées. Mais nous l'avons fait au début du mouvement pour tous ces français qui n'en peuvent plus d'être rackettés et de vivre à découvert." explique-t-il.
 

Côme Dunis en appelle également à la solidarité afin d’aider les 9 mis-en-cause à "fiancer les frais de procédure". Les avocats eux, auraient accepté de les défendre gratuitement.

Depuis le début du mouvement en novembre 2018, Côme Dunis est l’une des figures des gilets jaunes du rond-point cacahuète à Amilly (Loiret). Il intervient régulièrement dans les médias nationaux et s’était présenté comme n°2 sur la liste "Ralliement d’initiative citoyenne" pour les élections européennes avant d’annoncer son retrait le 26 février 2019.
 

 

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus