L’agglomération montargoise cherche à attirer Safran et ses 300 emplois

Publié le Mis à jour le
Écrit par JB

L’agglomération montargoise se porte candidate pour accueillir le groupe Safran qui cherche à ouvrir deux usines en France.
 

Une usine de pointe et des centaines d’emplois dans le montargois. Ce serait une bonne nouvelle pour le territoire où le taux de chômage est supérieur à la moyenne régionale et nationale. Le 28 février, le directeur général de Safran a indiqué rechercher deux sites d’implantation en France. L’un pour la réalisation de pièces techniques en 3D, l’autre pour la fabrication d’éléments en carbone.

Une lettre au DG de Safran

Frank Supplisson, le président de l’agglomération montargoise a sauté sur l’occasion et dans une lettre adressée au directeur général de Safran, il officialise la candidature de l'agglo pour accueillir une des usines.

Dans cette lettre datée du 4 mars, il vante les atouts de son territoire avec son réseau autoroutier et ferroviaire à 1 heure de Paris. Il rappelle l’implantation de groupes industriels comme Hutchinson ou Aperam, mais aussi un tissu de PME industrielles avec des pépites comme Rs Isolsec, GFil Goffin, ou JSM Perrin et Visco, qui produisent des pièces pour l’aéronautique.  

 

Du foncier disponible à Pannes

Des terrains constructibles peuvent être aménagés « en un temps record » insiste Franck Supplisson qui rappelle l’implantation de l’entreprise italienne ICT dans le délai de 18 mois et qui emploie aujourd’hui près de 300 salariés et une centaine en sous-traitance. C’est sur la zone industrielle Arboria à Pannes, à proximité de l’usine de papier ICT, que du foncier est disponible. L'implantation séduira t-elle l'équipementier ? 

Un groupe international

Avec 21 milliards de chiffre d’affaires, en hausse de 32 % l’an dernier, Safran table pour 2019 sur une croissance de 7% à 9%. Avec son projet de deux usines, le poids lourd de l’aéronautique, de l’espace et de la défense veut investir 300 millions et créer 300 emplois. Un investissement qui échappera à la France ? Philippe Petitcolin, le directeur général a annoncé les complexités administratives françaises et il laisse entrevoir une implantation à l’étranger. En se positionnant, l’agglomération montargoise se tient prête à défendre son projet et espère convaincre le groupe international d'investir sur ses terres.

 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité