PORTRAIT. Vanessa Auroux, pharmacienne et volontaire pour vacciner au Vaccinodrome d’Olivet

Le vaccinodrome tant attendu à Olivet s'est ouvert ce lundi 12 avril. Vanessa Auroux s’est portée volontaire pour vacciner la population. Docteur en Pharmacie, son officine est, par ailleurs, l’une des premières pharmacies du Loiret à vacciner contre le Covid-19.

Docteur en Pharmacie. Chef d’entreprise. Mère de famille. Kinésithérapeute à l’Université d’Orléans. Représentante des pharmaciens à l’Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS). L’une des premières pharmacies du Loiret à vacciner contre le Covid-19. Elle s’est portée volontaire pour le Vaccinodrome d’Olivet.
Docteur en Pharmacie. Chef d’entreprise. Mère de famille. Kinésithérapeute à l’Université d’Orléans. Représentante des pharmaciens à l’Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS). L’une des premières pharmacies du Loiret à vacciner contre le Covid-19. Elle s’est portée volontaire pour le Vaccinodrome d’Olivet. © Théophile Mbaka

Vanessa Auroux est née à Nevers, et a grandi dans le Cher, près de Saint Amand Montrond. Son père est éleveur de bovins, sa mère préparatrice en pharmacie. Une activité qu’elle va mettre en sourdine après son mariage et à la naissance de leur enfant unique. La vocation de l’adolescente est précoce. Le Stage de découverte en classe de Troisième dans une pharmacie va agir comme un déclic, un révélateur.

« Très tôt, j’ai su que je serais Pharmacien d’Officine »

Durant ses vacances scolaires, elle va régulièrement travailler à la Pharmacie de Charenton jusqu’à sa Terminale au Lycée Jean Moulin et l’obtention de son Bac Scientifique à 18 ans. « Par esprit de contradiction, j’ai dit à mes parents que j’allais m’inscrire en Fac de Médecine à Tours ». Après une première année riche d’enseignement, l’étudiante retourne à ses premiers amours. Une ligne droite. En six ans, elle décroche son Doctorat en Pharmacie, épouse un pharmacien, fait des remplacements dans des officines et à 27 ans devient la maman d’un petit garçon. Une jeune femme pressée. Pas étonnant que sa maman l’ait surnommée « le courant d’air...». Une pile électrique, toujours en mouvement quitte à parfois donner le tournis à ses proches.

Rester dans le monde de la santé et des soins tout en étant Chef d’entreprise 

En 2012, Vanessa Auroux rachète à son associé les parts de la pharmacie. Elle dirige désormais une équipe de 6 personnes. 2 pharmaciens, 3 préparatrices et une salariée affectée à la logistique. Une organisation méticuleuse pour cette jeune femme de plus en plus absorbée par la gestion de son officine, les rendez-vous avec des commerciaux, la formation sur de nouveaux outils. On comprend pourquoi elle est également Formateur à l’Ecole des masseurs. Ça évite l’élongation quand on fait le grand écart. Elle sera Présidente de la Communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) orléanaise à sa création, il y a trois ans. C’est un Réseau interprofessionnel des praticiens de santé libéraux qui assure des actions de santé à la population.

« Nous avons agi sur la prévention de la Tabacologie. Notamment l’aide au sevrage. Nous avons négocié des financements pour les soins de premiers secours. Un travail associatif et collaboratif avec d’autres professionnels de santé chapeauté par l’Agence Régionale de Santé (l’ARS). »

« Je suis motivée par cette fibre sociale »

Son officine a été parmi les premières du Loiret à vacciner contre le Covid. Une charge qu’elle assume malgré les aléas de l’approvisionnement des doses et l’exaspération parfois des clients. « C’est une forme d’altruisme qui m’est cher. Le souci d’aider mon prochain fait partie de mon éducation et de mes valeurs. Rester dans le mouvement et avancer avec la machine. ». Même si c’est chronophage, la jeune femme essaie de concilier l’ensemble de ses activités sans jamais se départir de sa bonne humeur.

Depuis le début de l’année, elle est la  présidente de la Région Ile de France-Centre du Groupement des pharmaciens indépendants (TOTUM HPI) qui compte une vingtaine d’affiliés sur cette zone. « Mon fils va avoir 15 ans. Il est autonome et cela me rend également plus autonome. Je sais aussi pouvoir compter sur une équipe fidèle et sans faille. J’ai peu de turn-over. Je pense que je fais partie de ceux qui ont la chance. C’est un vrai plus..J’aime faire plusieurs choses à la fois. Et je suis servie ». Une organisation et une équipe qui la dispensent d’être souvent au comptoir. Elle peut dès lors se consacrer à d’autres tâches.

Sollicitée par le Conseil de l’Ordre des pharmaciens, Vanessa Auroux comme plusieurs de ses confrères, a accepté de se rendre 5 demi-journées à partir du 12 Avril  2021, au Vaccinodrome d’Olivet. Une tâche qu’elle va cumuler avec les Tests PCR et les séances de vaccins Covid qu’elle assure déjà dans son officine. Une véritable pile à combustion.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société vaccins - covid-19