Orléans : la Boutik'Ecole, un magasin pour apprendre à devenir commerçant

Apprendre à devenir commerçant, c’est l’objectif de la Boutik’Ecole. Un espace pour mettre les futurs commerçants dans les conditions réelles de vente.

Par Isabelle Racine

Le métier de commerçant ne s’improvise pas : il faut en apprendre les ficelles. Pour rendre cet apprentissage plus concret, la BGE du Loiret (le réseau BGE fait de l’accompagnement à la création d’entreprise) a créé un magasin pas tout à  fait comme les autres : une boutik’école. Vue de l’extérieur, c’est une boutique comme les autres mais si vous poussez la porte, c’est un peu différent : ici, le futur commerçant est mis en situation.

La formation est en deux volets : le stagiaire apprend d'abord l'accueil client, la tenue d'une caisse, les statuts juridique et fiscal et ensuite, il apprend à se faire confiance et démontre sa légitimité à devenir entrepreneur. Agnès Faucon, référente département formation BGE Loiret
 

5 semaines de formation

La formation dure cinq semaines. Pendant quatre semaines, le stagiaire apprend à être commerçant c’est-à-dire qu’il apprend d’abord à devenir chef d’entreprise : il suit un enseignement un peu théorique en comptabilité, marketing et communication. Les aspects plus juridiques sont aussi abordés mais surtout, et c’est certainement la force de cette formation, elle est très concrète. Les exercices ne sont pas virtuels : l’objectif est de créer un  "corner", un espace de vente. Le stagiaire apprend à gérer un stock, concevoir la vitrine pour mettre en valeur les produits, attirer l’œil du client… et vendre. A partir de la 4ème semaine, ça devient encore plus concret : la boutique est ouverte au public. Au final, ces cinq semaines permettent au stagiaire de répondre à deux questions : suis-je fait pour être entrepreneur ? Mon produit peut-il me faire vivre ?
 

Fixer le juste prix

Le stagiaire apprend à fixer le juste prix de ses créations ou produits : il calcule le prix de revient, en fonction du temps passé, le coût des matériaux… Tous les stagiaires n’ouvriront pas forcément une boutique à la fin de leur formation mais ils savent assez précisément ce qu’ils veulent faire : créer un site internet marchand, un site vitrine, un showroom…

Ils étaient cinq lors de cette dernière session de Boutik’Ecole au cœur du quartier prioritaire Dauphine à Orléans. Agés de 25 à 42 ans, ils ont souvent eu une activité professionnelle avant d’intégrer la formation. Envie de changement, envie de revenir à un métier plus manuel, envie d’indépendance aussi… leurs motivations sont parfois différentes mais ils ont en commun l’envie d’avoir les clefs pour réussir "leur nouvelle voie professionnelle".

Nous avons rempli notre caisse à outils. Il n’y a pas seulement un clou et un marteau. Nous avons plein d’outils. Marine Lejeune, stagiaire
 

"Les bobines de Marine"

Marine Lejeune a 30 ans. Elle a été esthéticienne pendant 8 ans et puis, elle a eu envie de changement. Elle confectionne des habits pour bébé : des bavoirs, des sortie de bain… et a créé une gamme éco-responsable : des sacs en tissu pour faire les courses en vrac. Tout est fait à base de tissu bio. Elle aimerait créer une site internet et va participer à des marchés artisanaux.
 

Les stagiaires de la Boutik'Ecole


"Ger Art’Métal"

Gérald Ruffier a 42 ans. Il a travaillé pendant 18 ans comme technicien maintenance dans différentes entreprises. Il a lui aussi eu envie de changer de milieu et tenter de vivre de sa passion : la création de mobilier et d’objets décoratifs à base de métal. Il aimerait avoir son propre showroom.
 

Gérald Ruffier


"Enchantourné"

Virginie Convers a 28 ans. De son grand-père menuisier et ébéniste, elle a hérité de l’amour du bois. Après avoir travaillé dans le secteur de la petite-enfance, elle a voulu revenir à ses premières amours et a fait une formation pour apprendre à travailler le bois : elle crée ainsi des objets de décoration et des jeux… en bois et souhaite avoir un site internet.

Virginie Convers



Des vêtements de Turquie

Sarra Shahi a 26. La benjamine de cette session aime les vêtements et notamment ceux qui viennent de Turquie. Elle a le projet de revendre des accessoires et des tenues typiques de ce pays sur un site internet.
 

Sarra Shahi


Un peu de l'Afrique

A 35 ans, Rougui Ba, l’africaine aimerait vendre des vêtements ou des accessoires en tissu africain ainsi que des objets de décoration. Elle dessine des bijoux et les fait réaliser par des artisans sénégalais. Elle aimerait montrer ses produits dans un showroom et créer un site vitrine.
 

Rougui Ba



Depuis 2017, la BGE du Loiret a formé 49 personnes à raison de 4 sessions par an. Prochaine session de formation : du 9 mars au 10 avril et du 2 juin au 6 juillet. Pour plus d’information, vous pouvez contacter la BGE au 02 38 68 74 78.

Nous faisons de l’accompagnement à la création d’entreprise et de la formation. On part de l’envie, avant même l’idée, jusqu’à la création d’entreprise et son développement. Nous accompagnons tous types de projet, à l’exception des projets agricoles. BGE


 

Sur le même sujet

Les + Lus