VIDÉOS. Château de Sully-sur-Loire, arrivée en parachute à Gien, allumage du chaudron à Orléans : les moments forts de la flamme olympique dans le Loiret

Après l’Indre, l’Eure-et-Loir et le Loir-et-Cher la flamme olympique était dans le Loiret ce mercredi 10 juillet. Elle a traversé 7 villes du département portée par 100 relayeurs. Retour sur les principaux moments.

C’était son dernier passage en Centre-Val de Loire. La flamme olympique a ce mardi illuminé le département du Loiret. Elle a été portée par des anonymes, sportifs amateurs et professionnels.

Le Malesherbois a donné le top départ

La flamme olympique a touché le sol du Loiret au Malesherbois ce matin. Le départ a été donné à 8h20 depuis le gymnase Alain-Mimoun. 2,8 kilomètres de parcours avant d’atteindre l’entrée du parc du château de Malesherbes.

C’est Aurélie Berlu qui a eu l’honneur d’être la première porteuse de flamme. Âgée de 34 ans elle est atteinte d’une maladie veineuse. Elle a créé il y a plusieurs années une section handfauteuil au sein du club de handball d’Orléans. 

C’était un moment unique.

Aurélie Berlu, relayeuse

"J’ai pu profiter avec les spectateurs qui étaient nombreux. Partager avec le public c’était vraiment chouette." a t-elle confié au micro de France TV Sports.

Passage remarqué au château médiéval de Sully-sur-Loire

La flamme a ensuite poursuivi son parcours à Sully-sur-Loire depuis la mairie où le relais s’est élancé à 9h20 avant de se terminer au château médiéval de la ville. De très nombreuses personnes étaient présentes sur le parcours. Les images de la flamme devant le château et avec en toile de fond la Loire ont constitué un des moments forts de la journée.

La flamme dans la Venise du Gâtinais

Direction ensuite Montargis pour la flamme olympique. 3,4 kilomètres à parcourir au départ du stade Champfleuri. Un lieu qui héberge plusieurs associations sportives de la ville dont le club d’athlétisme qui avait justement choisi cette journée pour mettre à l’honneur Salim Sdiri, l’ancien athlète de haut niveau, spécialiste du saut en longueur et toujours détenteur du record de France de la discipline avec 8m42. Sur place beaucoup d’enfants, de sportifs amateurs qui ont participé à des animations.

Parmi les porteurs de flamme dans la Venise du Gâtinais, Christian Mbilli Assomo-Hallier. Le boxeur âgé de 29 ans a grandi à Montargis mais est désormais domicilié au Canada à Montréal. Il a fait le voyage spécialement pour l’évènement. Christian Mbilli a été licencié à l’USM Boxe Montargis. Il a notamment participé aux Jeux Olympiques de Rio en 2016 après avoir été champion d’Europe juniors des poids moyens.

La flamme a terminé son parcours montargois au nouveau port St-Roch inauguré le 18 juin dernier.

Une arrivée dans les airs à Gien

Autre étape marquante de la journée. Celle de Gien où la flamme olympique a fait une arrivée plus que remarquée…par les airs. C’est en parachute qu’elle a touché terre dans la ville avant de traverser la Loire dans les mains des différents relayeurs. Elle a pris la direction du musée de la Faïencerie qui fait la réputation de la ville. Son parcours s'est terminé peu avant 16h à la mairie et proche du stade de la ville.

Le relais collectif par une délégation de volleyeurs

Le périble de la flamme olympique s'est terminé dans la capitale régionale, Orléans. Un parcours de 6,4 kilomètres entre le parc Léon Chenault, le pont George V, le Théâtre ou encore le Palais des sports.

Plusieurs sportifs de haut-niveau engagés cet été aux JO de Paris 2024 comme Manon Apithy-Brunet (escrime) ou encore Rémy Boullé (kayakiste handisport) ont porté la flamme.

Le relais a fait un arrêt de plusieurs minutes sur la célèbre place du Martroi, devant la statue équestre de Jeanne d'Arc. C'est là qu'une délégation de volleyeurs emmenée par Karine Salinas, ancienne passeuse de l'équipe de France de volley, a participé au relais collectif. 

La flamme a ensuite repris sa route sur le boulevard Alexandre Martin portée par Maurice Chatelet, 100 ans ! Le doyen de cette journée a consacré sa vie au sport. Orléanais, il a été professeur d'éducation sportive au lycée Pothier. A coup sûr cette journée restera gravée dans la mémoire de ce fan de basket-ball.

L'embrasement du chaudron

Le moment fort de la journée est sans aucune surprise l'embrasement du chaudron. Le site de célébration était installé sur l'esplanade du Souvenir français sur le boulevard Alexandre Martin. Devant de très nombreux spectateurs c'est Mona Francis, la championne de para triathlon qui a eu l'honneur de mettre le feu au chaudron. A 32 ans, elle possède un palmarès bien garni : six fois championne de France, championne d'Europe en 2022 et vice-championne d'Europe en 2023. Elle compte également une sixième place aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2021. Cet été à Paris, elle fera partie des favorites pour une médaille.

Le public l'a bien compris et a célébré la sportive comme il se doit en criant son nom a plusieurs reprises. De quoi mettre Mona Francis dans l'ambiance, à quelques semaines du coup d'envoi de l'évènement planétaire. 

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Centre-Val de Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité