Ils réclament toujours une consultation à 50 euros, une grève illimitée des médecins généralistes prévue à partir du 26 décembre

Le mouvement de contestation des médecins généralistes lancé par le collectif "Médecins pour demain" début décembre, pourrait reprendre pour la dernière semaine de l'année.

Neuvième vague du Covid-19, épidémie de grippe et de bronchiolite, les services de santé du Centre-Val de Loire sont malmenés à l'approche des fêtes de fin d'année. Le mouvement de contestation des médecins généralistes avait été lancée par le collectif "Médecins pour demain" début décembre. Un appel à la grève sans limite de durée à partir du 26 décembre si leurs revendications restaient sans réponses.

On demande la consultation à 50 euros pour embaucher du personnel, améliorer nos conditions de travail et la prise en charge des patients

Laurence Pétinay, présidente de la Fédération des médecins de France en Centre-Val de Loire. 

"Les revendications seront identiques car nous n'avons pas eu de retour du gouvernement", explique t-elle. La dernière semaine de l'année entre Noël et le nouvel an, symbolique, pourrait être suivie où plusieurs syndicats de médecins appellent à faire grève.

Une grève pendant combien de temps ?

Pendant combien de temps ? "Je ne sais pas", indique t-elle. "Je n'ai aucune idée si le mouvement sera suivi ou non", réagit Christophe Taffani, président du conseil de l'ordre des médecins du Loiret. "J'ai une certaine sidération devant la violence des lois à venir concernant le corps médical […], tout le monde est effrayé de ce qui nous attend", poursuit-il.

Concernant le mouvement de grève, Christophe Taffani pense "qu'il sera difficile d'apprécier ce qui est lié à la grève ou non", avec les vacances notamment. 

La région Centre-Val de Loire est le premier désert médical de France avec 350 médecins pour 100 000 habitants. Le CHR d'Orléans est dans une situation critique, les urgences d'Issoudun restent fermés la nuit jusqu'à la fin de l'année, au minimum et l'hôpital de Dreux a récemment annoncé un plan blanc. En Indre-et-Loire, les accès aux urgences publiques et privées sont régulés par les patients ayant appelés le 15 auparavant. Ceux qui se présentent aux urgences sans avoir appeler le 15 sont refusés. 

La situation de la santé ne fait qu'empirer et pourrait être pire si la grève des médecins généralistes est suivie entre le 26 décembre et le 2 janvier 2023, voir encore après.