Neige "industrielle", neige "de pollution" : quel est ce phénomène météo qui a été constaté ce week-end en France ?

Si vous habitez près d'une zone industrielle dans l'Indre ou le Loiret, vous avez pu apercevoir une petite chute de neige dite "industrielle". On vous dévoile d'où vient ce phénomène.

Vous l'avez attendue tout l'hiver, mais les températures de fin 2023 vous ont privé de neige. Maintenant qu'il fait enfin un peu froid, vous jetez régulièrement un œil par la fenêtre en espérant voir tomber le manteau blanc de la chanson de Tino Rossi. Avec des températures qui s'échelonnent de -10°C à 0°C sur l'ensemble de la France, vous vous dites que ça y est, vous pourrez enfin refaire des bonhommes de neige, mais toujours rien.

Et puis, ce 13 janvier, si vous vous trouviez près d'une zone industrielle ou d'une autoroute, vous l'avez enfin vue. Elle tombe en fins flocons qui forment péniblement une couche d'un centimètre ou deux, mais qu'à cela ne tienne : les toits, les arbres et les parcs sont tout blancs, enfin ! Désolé de vous décevoir, mais le phénomène auquel vous venez d'assister porte un nom un peu déprimant : la neige "industrielle".

La neige industrielle, qu'est-ce que c'est ?

Alors, la neige industrielle, aussi appelée neige de pollution, c'est quoi ? Pour le comprendre, il faut d'abord expliquer comment se forme la neige de manière générale.

En temps normal, quand des minuscules goutelettes d'eau en suspension dans les nuages atteignent le point de congélation, elles tendent à s'agglomérer et à se cristalliser autour de poussières ou de grains de sables présents dans l'atmosphère. Trop lourds pour rester en altitude, ces flocons tombent alors plus ou moins lentement au sol.

Mais, dans certaines conditions, les micro-particules de pollution peuvent prendre la place de ces noyaux de poussière. Or, comme l'explique Olivier Renard, président de l'association Météo-Centre, ces micro-particules issues "du chauffage au bois, mais aussi des industries et de la pollution routière" se sont accumulées dans l'air en raison d'un anticyclone qui bloque totalement le vent.

Pour la même raison, les préfectures de l'Indre et du Cher par exemple ont alerté la population sur un "épisode de pollution" ces 12 et 13 janvier.

Ne mangez pas la neige toxique

Ces "noyaux de condensation permettent à l'eau de s'accumuler autour, dans des conditions très stables, avec des températures parfois très basses entre -6°C et -1°C, qui sont normales pour la saison", raisonne Olivier Renard. D'où "ce dépôt, des particules très très fines mais qui peuvent créer des couches qui vont jusqu'à plusieurs centimètres". Et le phénomène est très localisé : dans l'agglomération orléanaise, Saint-Denis-en-Val et le quartier de la Source ont ainsi vu tomber la neige, sans qu'un seul flocon ne soit aperçu en centre-ville.

Bon, la raison de cette neige n'est pas très heureuse, mais vous vous dites qu'au moins on peut faire des bonhommes ? Prudence. "On peut jouer avec les boules de neige, mais on aura de la pollution sur la peau", avertit Olivier Renard. Et surtout, surtout, ne la mangez pas : "c'est un cocktail de produits polluants ! C'est un peu un rêve d'enfant pourri par la société."

Selon Météo-France, les températures basses qui ont vu ces neiges industrielles devraient prendre fin entre le lundi 15 et le mardi 16 janvier.

L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité