La Ville d'Orléans va (enfin) pouvoir verser 2 000 euros aux commerces en grande difficulté

La municipalité a annoncé ce mardi 3 novembre une série de mesures de soutien aux commerces orléanais. Notamment une exonération des loyers, une augmentation du fonds de soutien de la métropole ainsi que le versement d'une aide de 2 000 euros aux plus fragilisés, promis depuis les municipales.
Le maire d'Orléans Serge Grouard le 18 octobre 2020.
Le maire d'Orléans Serge Grouard le 18 octobre 2020. © Eric Malot/MaxPPP
C'était une promesse de campagne du candidat Grouard aux élections muncipales. Le désormais maire d'Orléans va (normalement) pouvoir enfin verser aux commerçants de la métropole, fragilisés par les deux confinements, une aide de 2 000 euros.

Ce versement sonnerait la fin de ce que Serge Grouard avait qualifié de "situation absurde". Le 17 juillet, le conseil municipal avait voté en faveur de cette aide, qui devait concerner les entreprises contraintes à la fermeture ou ayant subi une perte de chiffre d'affaires d'au moins 50% pendant le confinement. 

Un élan stoppé par le cadre législatif : une mairie ne peut pas verser une aide financière directe à des entreprises en général, ou aux commerçants en particulier, comme l'expliquait LCI. Le recours possible : passer par le fonds national de solidarité mis en place par le gouvernement, ou contourner le problème en passant par la Région ou la Métropole. 
 

Exonérations de loyers commerciaux pour les locaux de la Ville

C'est ce que Serge Grouard vient de promettre de faire : la Ville a conclu un "partenariat d'exception" avec la Métropole, qui distribuera ensuite les fonds municipaux aux commerçants concernés. Et cette fois, la fameuse aide de 2 000 euros concernera les commerçants fragilisés par l'un et/ou l'autre des deux confinements.

Autre mesure décidée par la municipalité : exonérer de loyers et de charges les commerçants occupant des locaux de la ville, et ce jusqu'à la fin de l'année. Elle s'engage également à "inviter la Semdo, la Sempat et les bailleurs privés à proposer aux commerçants des exonérations de loyers", comme précisé sur le site de la mairie, et ainsi bénéficier du crédit d'impôts décidé par le gouvernement.
 
Le fonds de soutien municipal, mis en place lors du premier confinement, à destination des petites entreprises et des commerces devrait également se voir relevé de 600 000 à 1 millions d'euros. 
 

Sauver les commerces orléanais

Toutes ces mesures ont pour objectif d'avant tout sauver les "petits commerces", obligés à fermer depuis le début du reconfinement, malgré les nombreuses protestations des élus locaux.

Nous sommes toutes et tous solidaires de nos commerçants. Nous avons besoin d'eux pour nos courses, mais au-delà parce que nous voulons une ville vivante, animée, agréable, et sans eux ce serait une ville morte.

Serge Grouard, maire d'Orléans sur Youtube

Mais la Ville cherche aussi à favoriser l'activité des commerces encore ouverts, qui souffrent irrémédiablement d'une baisse de fréquentation.
 
Ainsi, alors que des initiatives similaires se développent partout dans la région et qu'une plateforme à l'échelle régionale devrait voir le jour prochainement, Orléans va mettre en ligne avant une dizaine de jours un catalogue de commerçants et un marché virtuel. Le but : centraliser le "click and collect" et les livraisons dans la métropole. 
 
Autre pierre à l'édifice, et contre la doctrine même du confinement, Serge Grouard souhaite faire revenir les clients dans les commerces en encourageant la mobilité dans le centre d'Orléans. Pendant deux heures par jour, le stationnement y deviendra ainsi gratuit jusqu'à la fin de l'année.

Une extension de la mesure aux parkings en ouvrage, et une gratuité des transports le samedi, sera proposée aux autres maires de la métropole. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement société covid-19 économie