Ouverture ce lundi 18 mai des agences Pôle Emploi en région Centre-Val de Loire

Pole Emploi reprend son activité progressivement en ouvrant à nouveau ses agences au public mais principalement sur rendez-vous. Un retour (presque) à la normale bienvenu pour les demandeurs d'emploi, d'autant que la crise a plongé un certain nombre de salariés dans la précarité. 

Pôle Emploi.
Pôle Emploi. © MAXPPP
Les 34 agences Pôle Emploi de région Centre-Val de Loire ouvrent à nouveau au public aujourd’hui. Un accueil des demandeurs d’emploi majoritairement sur rendez-vous pour appliquer au mieux les mesures sanitaires imposées par le Gouvernement. « Selon la taille de l’agence, le nombre de bénéficiaires présents est limités. Pour nos conseillers, c’est pareil. Nous avons la moitié des effectifs en télétravail, l’autre en agence, » précise Patrick Boissy, directeur territorial du Loiret. 

Il faut désormais prendre rendez-vous pour tout entretien avec un conseiller, mais aussi pour s’actualiser sur les bornes en libre-service, utiliser les imprimantes et les scanners mis à disposition en agence.

 

Pas rendez-vous pour les problèmes d’indemnisation

Seule exception à cette règle, les urgences. Il est possible de rencontrer un conseiller sans rendez-vous pour des problèmes d’indemnisation, des demandes d’ouverture de droits ou des déclarations d’activité pendant la période de confinement. L’idée étant de « débloquer les situations et surtout le paiement des indemnités aux demandeurs d’emploi, » d’après Patrick Boissy. Car le confinement a mis beaucoup de salariés en chômage partiel. Et le retour à la normale n’est pas pour demain. D’ailleurs, le système de déclaration mis en place pendant le confinement qui privilégie la déclaration par téléphone ou en ligne est toujours en vigueur. Il en va de même pour toute nouvelle inscription. 

Jusqu’au 1er juin, les nouvelles inscriptions se font par téléphone. Les entretiens individuels en face à face avec un conseiller reprendront après cette date. Mais les personnes qui le souhaitent, pour des raisons de santé ou garde d’enfant, pourront effectuer ce rendez-vous par téléphone. 


 
 

Une activité économique au ralenti, des conseillers sollicités

Alors que l’activité des entreprises reprend à peine. Entre les possibles dépôts de bilan et les licenciements économiques, Pôle Emploi s’attend à voir augmenter le nombre de nouveaux inscrits dans les prochains mois. Mais pour le moment, ce n’est pas flagrant! Sur les huit agences du Loiret, Patrick Boissy constate une augmentation de 7% de nouveaux inscrits sur la deuxième quinzaine de mars.  

Il faut aussi prendre en compte la reprise du secteur de l’intérim, qui est toujours gelé pour le moment. « Et puis, il faut penser au tourisme. Dès que la saison va redémarrer, il y aura des emplois, peut-être des CDD plus courts et moins d’embauches, mais cela va repartir, » se rassure le directeur Pôle Emploi du Loiret. 

Transports, santé, sécurité, nettoyage, hôtellerie-restauration sont des secteurs qui vont recruter au vu de la crise sanitaire. Ce sont les métiers les plus recherchés dès à présent. D’autres secteurs ont maintenu leurs offres d’emploi malgré la crise, notamment grâce à la plateforme « mobilisons-nous pour l’emploi »

 
Mesures du gouvernement pour les demandeurs d’emploi
Fin mars, la ministre du travail Muriel Pénicaud avait annoncé le report de la réforme de l’allocation chômage à septembre en même temps qu’elle annonçait des mesures de soutien aux demandeurs d’emploi. 

Des mesures appréciées mais qui cachent une réforme pénalisante pour les demandeurs d'emploi. Le gouvernement a prolongé la période d’indemnisation des chômeurs en fin de droits quand leurs droits prenaient fin entre le 1er mars et le 31 mai pour une durée de 30 à 91 jours. La dégressivité de l’allocation chômage a été suspendue. Et la période du confinement (14 mars au 11 mai) n’a pas été pris en compte dans le calcul des droits de l'ensemble des demandeurs d’emploi.

Le dernier volet de la réforme de l’allocation chômage devait entrer en vigueur en avril avec un nouveau mode de calcul des indemnités qui abaissera les revenus de nouveaux demandeur d’emploi. Un nouveau calcul qui fâche. Car la nouvelle règle de calcul de l’allocation de retour à l’emploi (ARE) prend en compte le revenu mensuel moyen du demandeur d’emploi et non plus le nombre de jours travaillés. De plus, l’allocataire ne pourra pas obtenir des indemnités au-delà du net mensuel moyen perçu avant chômage et en dessous de 65% de son salaire. Ce qui revient à nettement baissé les indemnités de nombreux chômeurs. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter