Augmentation du Smic, du prix des timbres, des cigarettes, pensions de retraite valorisées… France 3 fait le point sur ce qui va coûter plus cher ou rapporter plus cette année.

Comme chaque année, le 1er janvier s'accompagne de son lot de changement dans la vie quotidienne des Français. Fin de retrait de points pour les petits excès de vitesse, hausse des prix du tabac, du timbre, revalorisation des retraites ou du SMIC… tour d'horizon des changements à venir en 2024.

Le SMIC revalorisé  

  • Le montant du SMIC brut horaire passera à 11,65 € (contre 11,52 € actuellement) soit 1 766,92 € mensuels sur la base de la durée légale du travail de 35 heures hebdomadaires.
  • Le montant mensuel du SMIC net s’élève ainsi à 1 398,69 €, ce qui représente une hausse de 15,61 € nets par mois par rapport au niveau actuel et de 45,62 € nets par mois par rapport au 1er janvier 2023.

Les retraites revalorisées

La promesse avait été formulée en septembre par le ministre de l'Économie, entre, comme convenu, en vigueur dès le 1er janvier. Dans une interview au Parisien, Bruno Le Maire avait annoncé vouloir revaloriser toutes les pensions, à hauteur de 5,3 %, pour "protéger tous les retraités de l'inflation".

Le minimum vieillesse - l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) - est porté à 1 012,02 € par mois pour les personnes seules (soit + 50,94 € par mois par rapport à janvier 2023) et à 1 571,16 € par mois pour les couples (soit + 79,08 € par rapport à janvier 2023) au 1er janvier 2024.

Pour les stagiaires en entreprises 

La gratification des stages est augmentée pour atteindre 4,35 € par heure de présence effective, contre 4,05 € au 1er janvier 2023.

Des stages désormais gratifiés en voie professionnelle
 
A compter du 1er janvier 2024, les lycéens professionnels bénéficieront de leurs premières gratifications de stage par l’État. Elles prendront la forme d’une allocation de :

  • 50 € par semaine en seconde et en première année de CAP ;
  • 75 € par semaine en première et en deuxième année de CAP ;
  • 100 € par semaine en terminale du baccalauréat professionnel.

Cela représente 2 100 € sur l’ensemble de la scolarité, pour valoriser l’engagement de ces nombreux jeunes.

Fini "Pôle emploi", bonjour "France Travail"

Ce changement de nom est une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. Elle traduit une évolution de l’opérateur principal du service public de l’emploi créé il y a maintenant 15 ans. Il s’agit de doter le nouvel opérateur France Travail de missions élargies devant permettre de mieux accompagner toutes les personnes en recherche d’emploi et toutes les entreprises qui cherchent à recruter, et ce grâce à une coopération renforcée et inédite entre tous les acteurs de l’emploi, de l’insertion et de la formation.

Formation des demandeurs d’emploi

L’État démarre un nouveau plan de financement de la formation des demandeurs d’emploi, pour augmenter le nombre de places déjà financées par les régions, avec 1,1 Md€ en 2024.

  • Tous les demandeurs d’emploi de plus de 55 ans, ou reconnus travailleurs handicapés ou allocataires du RSA qui en ont besoin pourront se former, et plus seulement ceux qui n’ont pas le bac ;
  • Les jeunes en décrochage universitaire auront accès aux formations, même lorsqu’ils ont le bac ou bac +1 ;
  • Les demandeurs d’emploi en parcours d’insertion auront aussi accès à plus de formation pour sécuriser leur parcours de retour à l’emploi.

Le soutien à l’emploi des travailleurs en situation de handicap

  • Suppression de l’orientation vers le marché du travail dit ordinaire

Au 1er janvier 2024, l’orientation en milieu ordinaire de travail (entreprise) devient un droit universel : chacun sera présumé pouvoir travailler en milieu ordinaire. Les reconnaissances de qualité de travailleur handicapé (RQTH) délivrées par les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) n’auront plus à mentionner cette orientation qui est désormais de droit pour tous quel que soit le handicap.

  • Attribution automatique de la RQTH aux jeunes en situation de handicap

À compter du 1er janvier, les jeunes de 15 à 20 ans ayant déjà un dossier à la MDPH (allocation d’éducation de l’enfant handicapé, plan personnalisé de scolarisation…) seront dispensés de faire un dossier de demande de RQTH ; elle leur sera attribuée automatiquement. Ils pourront donc bénéficier sans délai des droits et dispositifs emplois ouverts aux personnes handicapées.

  • De nouveaux droits pour les personnes reconnues handicapées avec un titre autre que la RQTH

Depuis le 20 décembre 2023, les personnes reconnues handicapées au titre d’une pension d’invalidité ou d’une rente d’incapacité ont automatiquement les mêmes droits que les personnes titulaires d’une RQTH, sans passer par la MDPH. Elles peuvent ainsi être recrutées en entreprise adaptée, bénéficier de l’emploi accompagné ou avoir une rémunération majorée en formation professionnelle.

De nouvelles opportunités de formation des travailleurs

  • La validation des acquis de l’expérience évolue

Le 1er janvier 2024 marque une nouvelle étape dans la réforme de la validation des acquis de l’expérience (VAE). Les parcours seront simplifiés et accélérés, avec un accompagnement renforcé des candidats par un architecte-accompagnateur et une prise en charge totale ou partielle de leurs frais par un groupement d’intérêt public. Les candidats pourront par ailleurs bénéficier d’un congé pour leur VAE d’une durée portée à deux jours.

  • Un contrôle renforcé de la qualité des formations

Suite à la récente rénovation du processus d’audit des organismes de formation, leurs obligations se verront renforcées en 2024. Ils devront notamment transmettre un bilan annuel d’activité aux services compétents. Les conditions des signalements, des contrôles et des conséquences en termes de prise en charge sont également précisées, pour une application plus stricte du référentiel national Qualiopi.

  • Un financement élargi du permis de conduire

La préparation des épreuves théoriques et pratiques du permis de conduire sera désormais ouverte au financement par le compte personnel de formation (CPF) pour toutes les catégories de véhicules terrestres à moteur dont les motos.

La création d’un arrêt maladie pour fausse couche

Les femmes salariées sont exemptées des jours de carence habituellement appliqués pour percevoir les indemnités journalières maladie en cas d’arrêt de travail lié à une interruption spontanée de grossesse.

Légère baisse des prix du gaz

Dans le contexte de la fin des tarifs réglementés de vente de gaz, le 30 juin 2023, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) publie son prix repère de vente de gaz naturel pour janvier 2024. Ce tarif est indicatif.

Le permis de conduire dès 17 ans

C'est désormais officiel. Dès le 1er janvier, les jeunes âgés de 17 ans, pourront passer leur permis de conduire. Le décret d'application a été publié au journal officiel le 20 décembre 2023.

Fin du retrait de point pour petits excès de vitesse

Ils faisaient perdre un point sur le permis de conduire et donnaient, en plus, lieu à une amende. Les « petits » excès de vitesse, soit ceux inférieurs à 5 km/h, seront à partir du 1er janvier uniquement sanctionnés par une contravention. Cette dernière ira de 68 euros à 135 euros en fonction de la zone où l'infraction a été commise. En 2020, sur les 2,5 millions de contraventions pour excès de vitesse contrôlés par des radars, plus de la moitié (58 %), concernait des excès de vitesse inférieurs à 5 km/h.

Le tri des biodéchets devient obligatoire

Collecte en porte à porte ou mise en place de bornes spécialisées… tous les ménages Français devront, à partir du 1er janvier, pouvoir tirer leurs déchets biodégradables. Ces derniers devront donc être séparés du verre, des emballages, mais aussi du reste de la poubelle indifférenciée. L'objectif est de permettre aux collectivités de valoriser les solutions de compostage. Un tiers du contenu des poubelles ménagères des Français est constitué de déchets alimentaires, soit 83 kg de déchets résiduels par habitant et par an. Un fond vert mis en place par l'Etat est destiné à accompagner la mise en place de solutions de tri des déchets au sein des collectivités.

50 centimes de plus pour le tabac

Les prix des paquets de cigarettes vont de nouveau augmenter au 1er janvier prochain, une hausse découlant de l’inflation qui devrait être de 40 à 50 centimes, selon des estimations de la Confédération des buralistes. Le paquet de Marlboro rouge passera ainsi à 12,50 euros.

Le timbre vert toujours plus cher

En 2023, alors que le timbre rouge disparaissait, le prix du timbre vert restait stable. Mais pas pour longtemps puisqu’il va augmenter en 2024. Ainsi, pour une lettre de 20 g, on passera de 1,16 euro à 1,29 euro. Pour les lettres de 100 g, on passe de 2,32 à 2,58 euros.