"Prime de la colère" : les syndicats de soignants du Centre-Val de Loire se joignent à la mobilisation du 30 juin

Les annonces du ministère de la Santé sont loin d'avoir convaincu les soignants qui, partout en France, maintiennent la mobilisation. 

Une infirmière porte sur sa blouse un écriteau "EN GRÈVE mais réquisitionnée" - Photo d'illustration
Une infirmière porte sur sa blouse un écriteau "EN GRÈVE mais réquisitionnée" - Photo d'illustration © IP3 PRESS/MAXPPP
Nouvelle tempête pour Olivier Véran. Alors que le coeur de la crise sanitaire du covid-19 s'éloigne, le ministre de la Santé d'Emmanuel Macron n'a pas réussi à rassurer les syndicats des professionnels médicaux et non-médicaux (personnels administratifs et techniques, aides-soignant.e.s, infirmièr.e.s...) 

Ségur de la santé : des mesures en-dessous des attentes


Le gouvernement avait lancé en mai le "Ségur de la santé", une concertation pluri-professionnelle visant à entendre les préoccupations, principalement financières, des acteurs du milieu. "Malgré cinq différents "plans santé" sous le quinquennat d'Emmanuel Macron, le secteur de la santé est toujours à bout de souffle" constate l'Express. Dans la région Centre-Val de Loire, le combat perdu des habitants du Blanc pour conserver leur maternité de proximité est devenu un symbole des problèmes de financement de l'hôpital public. 
 
Dans le cadre de ce plan, Olivier Véran a annoncé une enveloppe de six milliards d'euros pour revaloriser les salaires les personnels non-médicaux exerçant dans les hôpitaux. La répartition de la somme n'a pas été précisée. Les médecins hospitaliers se sont engagés dans une négociation indépendante avec le gouvernement. Ils réclamaient de leur côté une enveloppe équivalente, de 7 milliards d'euros. Olivier Véran a tranché ce 29 juin : il leur en donne 300 millions.

La journée d'action du 30 juin maintenue


Suite à ces annonces, les syndicats des professionnels de la santé, furieux, ont maintenu la journée de mobilisation et de grève ce 30 juin, à travers toute la France.  "Parmi les organisations qui appellent à se mobiliser figurent l’APH, l’Intersyndicat national des praticiens hospitaliers (INPH), l’Intersyndicale nationale des internes (ISNI) et le syndicat Jeunes médecins. La plupart des syndicats de la fonction publique hospitalière (CGT, FO, UNSA, SUD) ont eux aussi appelé à la mobilisation, soutenus par plusieurs collectifs de soignants (Inter-Urgences, Inter-Hôpitaux…)", recense le journal Le Monde.
 
Dans la région, la CGT du Centre Hospitalier Jacques Coeur, à Bourges a fait part de son intention de se joindre à la grève. Les soignants se mobilisent face à ce qu'ils qualifient de "prime de la colère et de la déception".
 

Pour défendre notre système de santé public
Pour 300 euros d’augmentation et le dégel du point d’indice
Pour des embauches
Pour du matériel afin de travailler correctement
Pour l’arrêt des fermetures de lits
Pour répondre aux besoins et soigner la population humainement

CGT du CH Jacques Coeur


Les soignants appellent à un rassemblement devant l'ARS du Cher, ce 30 juin à 12h, pour demander une audience. Un rassemblement est ensuite prévu à 14h dans le hall de l'hôpital. A Orléans, c'est une intersyndicale CGT-FO-FSU qui a organisé la manifestation, fixée à 10 h 30, devant le centre hospitalier régional d’Orléans-La Source. Selon la République du Centre, ils étaient plus de 1300 manifestants le 16 juin.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social économie social manifestation santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter