Régionales 2021 : François Bonneau (PS) présente sa liste de rassemblement de la gauche, sans les écologistes

François Bonneau a présenté, ce mardi 4 mai, ses têtes de listes pour les élections régionales des 20 et 27 juin. Le président sortant du Centre-Val de Loire est à la tête d'un rassemblement partiel de gauche, n'ayant pas convaincu ses alliés écologistes au conseil régional de se joindre à lui. 

François Bonneau à Paris le 30 juillet 2020.
François Bonneau à Paris le 30 juillet 2020. © Thomas Padilla/MaxPPP

"Vous n'avez pas le monopole de l'écologie !" Voilà ce qu'aurait pu lancer François Bonneau à son collègue écologiste Charles Fournier. Faisant partie de la même majorité -le premier en étant le président, le second vice-président à la Démocratie- au conseil régional, ils n'ont pourtant pas réussi à s'entendre pour le premier tour des élections régionales prévu le 20 juin prochain.

Ainsi, dès l'été 2020, Charles Fournier avait exprimé son intention de mener une liste Europe Ecologie-Les Verts dans la région, poussé notamment par les victoires vertes dans plusieurs grandes villes de France aux municipales (et notamment à Tours).

Pour François Bonneau, la présentation de ses listes et d'une partie de son programme, en conférence de presse ce mardi 4 mai, a donc été l'occasion de se montrer plus vert que les Verts."Sur le plan environnemental, nous avons fait plus que ce que nous avions promis", a assuré le président PS de la région, qui mène une liste de rassemblement de la gauche (PS, PCF, radicaux, Liberté-Ecologie-Fraternité...).

"20 000 emplois de demain"

François Bonneau a tenu à défendre un "mandat de la parole tenue", rappelant la gratuité des transports scolaires, la valorisation des circuits courts, ainsi que les maisons de santé et les médecins salariés. Avant de vanter "la capacité de réaction de la région" lorsqu'est survenue la crise sanitaire, avec le dispositif d'aides aux entreprises (le fonds Renaissance), "bientôt complètement consommé", note-t-il.

Alors pour ce qu'il souhaite être son prochain mandat (ce serait le troisième et demi), François Bonneau promet de continuer sur sa lancée. Et fait quatre promesses symboliques : la gratuité des transports Rémi pour les 18-26 ans, 300 médecins salariés par la région à la fin du prochain mandat (150 de plus que l'objectif initial pour 2025), 100% d'alimentation locale dans les collèges, et le pari sur 20 000 "emplois de demain".

Pour le président de la région, ces emplois de demain sont "une réserve pour les jeunes". Des jeunes tentés par l'abstention et à qui il souhaite s'adresser directement, leur promettant "une mobilisation de la région pour les soutenir". La liste "Plus fort, ensemble" compte d'ailleurs dans ses rangs "des jeunes, des étudiants", note François Bonneau. (La liste présente une moyenne d'âge de 49 ans, et la moitié des candidats n'a jamais été élue.)

Mais concrètement, quels sont ces emplois de demain ? "Les emplois du numérique", "le service à la personne", mais surtout "ces emplois qui ont un lien avec l'écologie, l'énergie, la construction durable, la production de proximité", sur lesquels François Bonneau promet de mettre l'accent.

"Seul le rassemblement a permis que la gauche l'emporte"

En Indre-et-Loire, le président sortant peut compter sur deux cautions écologistes. Sa tête de liste, Temanuata Girard, est agricultrice. "J'aime dire que je suis paysanne", explique celle qui élève "des chèvres, des vaches et des moutons". Avec la précision qui change tout : "En agriculture biologique, bien-sûr." 

Charles Giardin, huitième sur la liste du 37, est quant à lui une figure locale de Cap écologique, un mouvement issu de la fusion d'Alliance écologique et Cap21 en début d'année, représenté par deux députés au Parlement européen. "Les engagements de la région sont tenus, le bilan est apprécié", adoube-t-il. 

Alors la campagne de son côté de l'alliance EELV-La France insoumise sous l'égide de Charles Fournier, François Bonneau la "regrette" :

Je ne me l'explique pas. Nous avons travaillé [avec EELV] de manière très articulée tout au long du mandat. Nous avons vocation à former une équipe rassemblée, solidaire. [...] Cette région a historiquement un vote d'extrême-droite important. Seul le rassemblement a permis que la gauche, les écologistes, les forces du progrès l'emportent.

François Bonneau, président PS du Centre-Val de Loire

Original versus Copie

Et si -comme pour préserver l'évidence d'une alliance au second tour- François Bonneau se prive d'attaquer le programme de ses concurrents de gauche, l'inverse est moins vrai. Il y a une semaine, Charles Fournier présentait sa liste comme "la seule [...] qui portera en sincérité les enjeux de la transformation écologique". "J'espère que l'originale sera choisie, et non pas les copies", ajoutait-il alors. Ambiance.

Et dans le cas où les écologistes arrivent devant lui au premier tour, derrière quel chef de file se fera le rassemblement au second ? "Ce n'est pas l'hypothèse dans laquelle je m'inscris", souffle François Bonneau, qui préfère rester optimiste : "Est-ce qu'on sera capable de fédérer nos priorités et nos programmes pour servir le territoire et ne laisser aucune ouverture [à la droite et à l'extrême-droite] ? Je le pense, oui."

Voici la liste des candidats de la liste "Plus fort, ensemble" :

Dans le Cher : Philippe Fournié, Magali Bessard, Guillaume Crépin, Julie Ferron, Fabien Bernagout, Valérie de Vos, Olivier Beatrix, Amanda Grimont, Jérôme Pautrat, Chantal Millerioux, Serge Méchin.

En Eure-et-Loir : Harold Huwart, Michèle Bonthoux, Lionel Geollot, Sylviane Boens, Damien Stépho, Melinda Padois-Triviaux, Valentino Gambuto, Maylea Edmond, Barbara Tchouta, Éric Van Hoecke, Catherine Robert, Roland Hamard, Aurore Violette, Boris Provost.

Dans l'Indre : Dominique Roullet, Mathilde Fouchet, Dominique Boué, Sandrine Emmanuelli, Clément Sapin, Stéphanie Grelet, François Mignet, Myriam Gavet-Lafargue, Dominique Lapoumeroulie.

En Indre-et-Loire : Temanuata Girard, Jean-Patrick Gille, Michèle Maarek, Mohamed Moulay, Catherine Gay, Pierre-Alain Roiron, Marie-Pierre Cuvier, Charles Girardin, Cathy Münsch-Masset, Mathieu Richet, Mary Plantureux, Michel Soulas, Naoële Hoceine, Adrien Debré, Isebel Teixeira, Léo Gore, Rabia Bouakkaz, Fabien Lemettre, Martine Tartarin, Yves Godard.

En Loir-et-Cher : Marc Gricourt, Karine Gloanec-Maurin, Emmanuel Léonard, Audrey Rousselet, Frédéric Orain, Corinne Kibongui, Joël Crotté, Emma Gillion, Amine Mahraoui, Annie Lacour, Benjamin Sallesses, Christelle Samba.

Dans le Loiret : Carole Canette, François Bonneau, Sylvie Dubois, Christian Dumas, Anne Besnier, Bruno Nottin, Cécile Caillou Robert, Romain Mercier, Sarah Durocher, David Jacquet, Jalila Gaboret, Cédric Louisy-Louis, Elise Chauvin, Michel Ravoyard, Anne-Laure Thomas, Prince Maboussou, Marion Gazeaux, Marc Hubert, Frédérique Pigeon, Marc Buneau, Carole Nagot, Denis Thion.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections region centre-val de loire fusion des régions réforme territoriale