Cet article date de plus de 5 ans

Polémique autour d'une vente aux enchères, le bâtonnier de Blois impliqué ?

Le bâtonnier de Blois serait-il au cœur d'une tromperie ? Un marchand de biens blésois accuse son ex-avocat (aujourd’hui bâtonnier de Blois) d’avoir acheté le bien qu'il convoitait lors d'une vente aux enchères.
Maître Damien Vinet, bâtonnier de Blois, mis en cause dans cette affaire
Maître Damien Vinet, bâtonnier de Blois, mis en cause dans cette affaire © France 3 Centre-Val de Loire

La maison convoitée par le marchand de biens est attribuée à une Société Civile Immobilière

Le 19 janvier 2012, une maison située dans le quartier Vienne à Blois est vendue aux enchères, son propriétaire n'ayant plus la possibilité de rembourser le prêt bancaire. La maison intéresse Stéphane Droyerre, marchand de biens. Celui-ci a prévu un budget de 96.000 euros et c'est son avocat Maître Damien Vinet qui porte alors les enchères pour son compte. 

Seulement voilà, la vente échappe au marchand de biens pour une somme de 1.000 euros. La maison est finalement attribuée à une société civile pour 97.000 euros. L’histoire aurait dû en rester là, mais le marchand de biens s'aperçoit plus tard d'une supercherie et c'est le choc.

Sur un site internet de petites annonces, nous dit Stéphane Droyerre, j'ai découvert par hasard la photo de la maison que je souhaitais acquérir avec Maître Vinet. Mais en cliquant dessus, je me suis aperçu que le numéro de téléphone inscrit était celui de mon avocat.

L'avocat aurait acheté le bien au détriment de son client

Le marchand de biens en conclut donc que son propre avocat a acheté ce bien via une Société Civile Immobilière. Maître Vinet possède 50% des parts de la-dite société.

Depuis, Stéphane Droyerre se bat. Il a rejoint un collectif de personnes spoliées par les ventes aux enchères de biens immobiliers et a déposé plainte contre X pour détournement de la loi sur les ventes aux enchères.

Notre équipe de journalistes a tenté de joindre Maître Damien Vinet à deux reprises. Celui-ci n’a pas souhaité faire de commentaire sur cette affaire. 

►Reportage dans le 19/20
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société