Commerces, déplacements, culture, vacances scolaires : Jean Castex précise la première étape du déconfinement progressif

Deux jours après l'allocution d'Emmanuel Macron, le Premier ministre, Jean Castex, a précisé, ce jeudi, les conditions de la première étape du déconfinement progressif. 
Jeudi, le Premier ministre, Jean Castex, a présenté la première "phase d'allègement" du confinement.
Jeudi, le Premier ministre, Jean Castex, a présenté la première "phase d'allègement" du confinement. © Ludovic MARIN / POOL / AFP
Malgré une "pression épidémique forte" et "des chiffres encore fragiles", le Premier ministre, Jean Castex, a présenté, ce jeudi, la première "phase d'allègement" du confinement suite à la seconde vague de l'épidémie de coronavirus. 

Ainsi, à partir du samedi 28 novembre, les "déplacements restent contraints et l'attestation obligatoire". Les déplacements brefs passent d'un rayon d'un kilomètre pour une durée d'une heure à un rayon de 20 km pour une durée de trois heures. "Mais cela ne vise pas à permettre des visites à la famille ou des amis", prévient le Premier ministre.  À partir du 15 décembre, un couvre-feu sera instauré à partir de 21 heures. "Les attestations seront supprimées en journée et obligatoires en soirée." Si les "conditions sanitaires le permettent", le couvre-feu pourra être levé et les bars et restaurants pourront rouvrir à partir du 20 janvier. 

Protocole sanitaire renforcé pour les commerces 

Si les petits commerces rouvriront leurs portes partir du 28 novembre, un protocole sanitaire renforcé va être mis en place. Ainsi, la jauge est portée à 8 mètres carrés par client et s'applique sur la surface de vente totale. 

Les commerces de plus de 400 mètres carrés devront mettre en place "un système de comptage", a précisé Alain Griset, ministre délégué aux Petites et Moyennes entreprises. 
Enfin, les commerçants pourront étendre leurs horaires d'ouverture jusqu’à 21 heures, et des dérogations seront possibles pour ouvrir le dimanche.

Fêtes de fin d'année et vacances scolaires

Le couvre-feu sera levé à titre dérogatoire les 24 et 31 décembre afin que chacun puisse profiter des fêtes de fin d'années. Néanmoins, "il est impératif de limiter le nombre de personnes à table et d'éviter les rassemblements trop nombreux", souligne le Premier ministre. 

Les stations de ski n'ouvriront pas pour les vacances, à cause du risque de contamination, mais aussi de "la situation des hôpitaux dans les stations concernées". Dans le détail, les remontées mécaniques et équipements collectifs seront fermés, mais "il sera loisible à chacun de se rendre dans ces stations pour profiter de l'air pur de nos belles montagnes", et des commerces autorisés à rouvrir.

Lieux culturels 

Dès le 28 novembre, les commerces culturels rouvriront. Les musées, cinémas et théâtres pourront de nouveau accueillir du public à partir du 15 décembre.

Une tolérance sera permise pour que les spectateurs puissent rentrer chez eux, lorsque la représentation se termine après le début du couvre-feu, à 21 heures. "Le billet de spectacle ou de cinéma vaudra justificatif", précise Roselyne Bachelot, ministre de la Culture.  Les conservatoires et les écoles de musique pourront de nouveau proposer des cours, à l’exception du chant, jugé trop risqué sur le plan sanitaire.

Les bars et restaurants fermés jusqu'au 20 janvier

Le Premier ministre confirme la fermeture des bars et restaurants jusqu'au 20 janvier. "C'est une décision difficile à prendre, mais nécessaire", souligne Jean Castex. 

Se basant sur des études scientifiques, il note que ces espaces sont des "lieux de contamination virale élevée". Néanmoins, le Premier ministre assure que ces établissements seront "très fortement accompagnés". Il avance un projet : faire de 2021 l'année de la gastronomie française. 

900 euros par mois pour les travailleurs précaires

Jean Castex a annoncé une aide pour les travailleurs précaires, saisonniers, intermittents ou extras, qui "travaillaient beaucoup" l'an dernier, avec une "garantie de ressource de 900 euros par mois" jusqu'en février 2021. La ministre du Travail, Elisabeth Borne, précisant que l'aide concernera "ceux qui ont travaillé plus de 60% du temps en 2019". De plus, chaque entreprise fermée en raison du confinement pourra recevoir soit 10 000 euros, soit une aide à hauteur de 20% du chiffre d’affaires sur la période en 2019, en fonction de ce qui est plus avantageux pour l'entreprise concernée.

Pour les entreprises qui ne sont pas fermées, mais dont l'activité est touchée, une aide à hauteur de 15 à 20% du chiffre d'affaires mensuel réalisé en 2019 pourra être versée, selon le niveau de baisse constaté.

La Garantie jeunes bénéficiera en 2021 à "au moins 200.000 jeunes", soit un doublement de ses bénéficiaires, a également annoncé Jean Castex. Ce dispositif propose une allocation mensuelle et un accompagnement renforcé en mission locale pendant un an aux jeunes de 16 à 25 ans qui ne sont "ni en emploi ni en études ni en formation" et "en situation de précarité financière".

Actuellement, 14.000 nouveaux cas positifs sont enregistrés quotidiennement en France. Ce chiffre atteignait les 45.000 début novembre. Selon le ministre de la Santé, la barre des 5.000 contaminations par jour, fixée mardi par Emmanuel Macron, pourrait être atteinte durant la deuxième semaine de décembre.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société confinement déconfinement