Justice : deux personnes mises en examen dans une affaire de car-jacking

Deux personnes ont été mises en examen par un juge d'instruction ajaccien concernant un car-jacking à Porticcio. L'une a été placée en détention provisoire, l'autre sous contrôle judiciaire. Une troisième a été laissée libre à l'issue de son audition. C'est également dans le cadre de cette même procédure qu'un homme a été tué par balles lors d'une opération de gendarmerie, jeudi dernier dans le Nebbiu.

Deux des trois personnes placées en garde à vue depuis jeudi dernier dans le cadre d'une enquête concernant un car-jacking survenu le 14 septembre dernier à Porticcio ont été mises en examen.

Florian Santarelli a été placé en détention provisoire à la prison d'Ajaccio.

Contactée, son avocate, Me Catherine Cristofari, n'a pas souhaité faire de commentaire pour l'instant.

Âgé de 62 ans, Christian Istria a quant à lui été placé sous contrôle judiciaire. Son avocat, Me Michal Solinski, n'a pas non plus souhaité s'exprimer sur la mise en examen de son client. Connu de la justice, ce dernier avait été condamné en appel en 2016, par la cour d'assises de Haute-Corse, à 10 ans de réclusion pour le meurtre de son voisin, Toussaint Antona.

Également auditionnée par les enquêteurs, une troisième personne a quant à elle été laissée libre à l'issue de sa garde à vue. Pour l'heure, aucune charge n'a été retenue à son encontre.

Car-jacking

Ces trois personnes avaient toutes été interpellées jeudi 22 février dans la région ajaccienne.

Placées en garde à vue à la caserne d'Aspretto, elles ont été entendues par les gendarmes dans le cadre d'une enquête menée par un juge d’instruction ajaccien pour "recel de vol, association de malfaiteurs et vol en bande organisée".

Peu d'éléments ont filtré sur cette procédure qui concerne un car-jacking survenu le 14 septembre dernier à Porticcio, sur la commune de Grosseto-Prugna. Au-delà de ce vol avec violence, les investigations tenteront de faire la lumière quant aux motivations précises de cet acte.

Interpellation mortelle dans le Nebbiu

C'est également dans le cadre de cette même enquête qu'Alain Cappuri a été tué lors d'une opération de gendarmerie menée le 22 février à Poggio-d'Oletta.

Agissant sur commission rogatoire d'un juge d'instruction ajaccien, les enquêteurs étaient venus pour l'interpeller dans le village du Nebbiu.

Âgé de 63 ans, l'homme "défavorablement connu des autorités judiciaires pour avoir été déjà condamné à plusieurs reprises", dixit le procureur de la République de Bastia, a été mortellement blessé par balles lors de son interpellation.

Samedi dernier, le gendarme considéré comme étant à l'origine des coups de feu a été mis en examen pour "homicide volontaire" puis placé en détention provisoire.

Le reportage de Jean-Philippe Mattei :

durée de la vidéo : 00h01mn21s
J.-P. Mattei ; A.Stromboni ; S.Loigerot ; F.Bernardini ©France Télévisions