• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Les bergers empêchés d'accéder à la piste de Tavera, cette année

La mairie de Tavera a annoncé que la piste d'accès aux estives resterait fermée, cette année. / © FTViaStella
La mairie de Tavera a annoncé que la piste d'accès aux estives resterait fermée, cette année. / © FTViaStella

Saccagée à coup de pelles mécaniques l'année dernière, la piste d'accès aux estives de Verdanese, Purcilelli et Puzzolu est de nouveau fermée cette année. Au grand dam des bergers, qui l'utilisent pour transhumer leur troupeau.

Par Axelle Bouschon

L'herbe à brouter se fait rare et le sol est sec dans la plaine d'Afa, en Corse du sud : pour les bêtes de Cathy Maroselli, comme pour les 500 brebis de la région, l'heure est venue de la transhumance, soit le déplacement saisonnier d'un troupeau vers un lieu où il pourra se nourrir.

Seulement voilà : la piste de Tavera, au col de Scalella est fermée.
Cette piste, c'est celle que Cathy Maroselli et quatre autre bergers empruntaient en voiture pour installer leurs bêtes dans les hauteurs. Mais cette année, l'opération semble compromise :


"La mairie nous a dit que la piste resterait fermée, et que c'est à nous de changer notre manière de transhumer."


Une décision que désapprouve Cathy. "Nous, nous avons l'habitude de monter nos brebis, de les enfermer tous les soirs, et de les lâcher au matin. Il faudrait qu'on monte, qu'on lâche nos brebis au col, et qu'on viennne les voir une fois par semaine..."
 
 

Piste vandalisée



Lettres de menaces, bergers aux abois et piste vandalisée... En mai 2018, la question de l'accès aux estives de Verdanese, Purcilelli et Puzzolu sur les hauteurs de Tavera avait fait scandale.

Et avait jeté sous le feu des projecteurs médiatiques le petit village de Tavera, 400 habitants.

La piste d'accès aux estives, empruntée par les bergers pour la transhumance de leurs troupeaux, mais aussi par les pompiers dans la lutte d'incendie, avait été détruite à coups de pelleteuse mécanique.

Les bergers de ce village de Corse du sud avaient également reçu des lettres de menaces pour leur interdire l'accès à la zone. "Tout individu, berger, chasseur, qui voudra refaire la route en subira les conséquences, nous attaquerons les bergeries, nous traquerons chaque entreprise qui refera la route" avertissait ainsi le corbeau.
 


La raison invoquée de son courroux ? "La montagne doit reprendre ses droits".

Les gendarmes ont enquêté, mais n'ont pas réussi à établir le mobile derrière les attaques.

Les auditions ont été nombreuses, pourtant. Y compris celle du maire du village, qui avait étonnamment choisi de rester le plus neutre possible dans cette affaire, et de ne pas déposer plainte. 

Il faut dire que la piste faisait débats depuis l'annonce même de sa construction. Avec elle serait venue une prolifération de véhicules motorisés, et de sérieux dommages causés à la montagne alentour.

Pierre Paul Chiarasini, conseiller municipal du village et militant de Corsica Libera, considèrait alors que "la montagne était en danger", polluée par des carcasses de voitures et des poubelles laissés par des gens du coin ou de passage. "On ne peut plus continuer comme ça" tranchait-il.
La piste de Tavera saccagée, en mai 2018 / © FTViaStella
La piste de Tavera saccagée, en mai 2018 / © FTViaStella


Réouverture temporaire



Un rassemblement de soutien aux bergers s'était organisé, mi-juin 2018, pour dénoncer la situation. A un mois du début des estives, la piste restait inaccessible.

Pire encore pour les bergers, la situation menacait de perdurer, les élus du village ayant tranché contre sa reconstruction lors d'une réunion en mairie.

Une décision finalement cassée par la Collectivité de Corse, qui avait ordonné sa réhabilitation.

Chose faite à la mi-aout 2018, le chemin permettant ainsi un accès motorisé aux estives jusqu'à l'automne, après quoi il serait de nouveau fermé.

La Collectivité de Corse avait aussi mis la main au portefeuille pour ériger un portail, destiné à limiter l'accès de la piste aux bergers.

Des nouvelles installations devaient arriver cette année, expliquait-on, afin d'assurer la bonne tenue de la transhumance pour les bergers et l'utilisation du passage avec des engins motorisés.

 

Accès fermé



Mais depuis, plus rien. Des cailloux bloquent l'accès au chemin, et le portail installé pour en reserver l'entrée est fermé. Et les bergers n'ont pas la clé. 

Dans la commune de Bastelica qui partage les terres de trasnhumance avec Tavera et Bocognano, le maire s'étonne de cette inaction :

Moi je n'ai jamais été convié à quelques réunions que ce soit. A croire que le Verdanese ne faisait pas partie de la commune de Bastelica.
 

Annoncée par l'Odarc (office de developpement agricole et rural de la Corse), la préparation de la muntagnera de cet été semble n'avoir rien donné.

Contacté par France 3 Corse ViaStella, le maire de Tavera est resté injoignable.

Lionel Mortini, un temps silencieux, a finalement publié un communiqué de presse.
Le président de l'Odarcy demande une dérogation pour l'ouverture de la piste aux éleveurs pour la saison estivale 2019, assure les éleveurs de son soutien, et appelle à l'apaisement...
 

L'enquête judiciaire, elle, est toujours en cours. 

Le mouvement nationaliste Core in Fronte a renouvellé le soutien qu'il avait apporté aux bergers, invitant dans un communiqué publié le 21 juillet les élus à se mobiliser pour la réouverture de la piste : 
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Tourisme : découvrir la Corse grâce au wwoofing 

Les + Lus