Corse : Pascal Porri, membre présumé de la bande dite du Petit Bar, mis en examen

Ce mardi 21 septembre, Pascal Porri, membre présumé de la bande dite du Petit Bar a été mis en examen dans deux dossiers. Il avait été interpellé le 15 septembre dernier dans un hôtel de luxe de Porto-Vecchio après près d'un an de fuite.

Selon nos informations, Pascal Porri, membre présumé de la bande dite du Petit Bar, a été mis en examen, ce mardi 21 septembre, dans l'enquête sur la tentative d'assassinat de Guy Orsoni en septembre 2018 ainsi que dans l'enquête sur les finances de la bande criminelle.

Au total, une dizaine de chefs de mises en examen ont été prononcés à son encontre, parmi lesquels tentative de meurtre en bande organisée, blanchiment aggravé, blanchiment de fraude fiscale, extorsion de fonds et trafic de stupéfiants.

"Les mises en examen intervenues ce jour et qui vont être contestées dans le délai de la procédure s’inscrivent dans le cadre d’une chronique judiciaire annoncée qui ne saurait faire oublier que de très faibles et hypothétiques indices ne peuvent valablement et à terme constituer le socle procédural solide que tout justiciable est en droit d’exiger d’une Justice rigoureuse et équitable", indique Maître Emmanuel Molina, son avocat.

En fuite depuis près d'un an, Pascal Porri a été interpellé dans un hôtel de luxe de Porto-Vecchio une semaine plus tôt. Il a été transféré à Marseille, dimanche, avant d'être présenté à un magistrat instructeur de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille.

En juillet dernier, après près d'un an de fuite, André Bacchiolelli, autre membre présumé de la bande criminelle ajaccienne, a également été interpellé à Bastelicaccia dans le cadre de la même enquête. À ce jour, Mickaël Ettori est le dernier membre présumé de la bande du "Petit Bar" toujours en fuite. 

La police judiciaire dessaisie

Dans l'enquête sur la tentative d'assassinat de Guy Orsoni, une première vague d'interpellations est organisée en septembre 2020 par la police judiciaire d'Ajaccio épaulée du Raid, sur commission rogatoire d'un juge de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille. Deux hommes sont particulièrement visés : André Bacchiolelli et Pascal Porri.

Mais à l'arrivée des forces de l'ordre, les deux sont introuvables. Après ce fiasco opérationnel, la police judiciaire avait été dessaisie des enquêtes visant les membres présumés de la bande criminelle dite du Petit Bar, au profit de la section de recherches de la gendarmerie.

Une autre enquête, visant cette fois les finances occultes de la bande ajaccienne et menée par la Jirs de Marseille, a conduit à 10 mises en examen. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société banditisme faits divers criminalité