Corse : retour sur 20 ans de tempêtes

La tempête Fabien a fait de nombreux dégâts, comme ici, à Ocana, où la terrasse de cet établissement a été arrachée par la montée des eaux. / © FTViaStella
La tempête Fabien a fait de nombreux dégâts, comme ici, à Ocana, où la terrasse de cet établissement a été arrachée par la montée des eaux. / © FTViaStella

La tempête Fabien, qui a balayé la Corse dimanche dernier, a marqué par sa violence. Mais ce n'est pas la première fois que l'île est frappée par de pareilles intempéries.

Par Axelle Bouschon

Un trafic aérien et maritime entièrement interrompu, jusqu'à 20 200 foyers privés d'électricité, de nombreuses routes bloquées et même une interdiction d'accès à Ajaccio prolongée durant plusieurs heures... Le passage de la tempête Fabien en Corse le 22 décembre dernier a causé de nombreux dégâts et perturbations.

Certains sont toujours d'actualité : l'aéroport d'Ajaccio, sous les eaux, reste fermé pour une durée encore indéterminée, et plusieurs habitations et voies de circulation considérablement endommagées par les pluies et les vents nécessitent encore des réparations. 
 

Mais le pire a été évité : l'épisode, quoiqu'impressionnant par sa violence - un pic à 216 km/h a ainsi été relevé au Cap Sagro -, n'a pas fait de victimes. "Les mesures de sécurité et de protection ont été rapidement communiquées, estime ainsi un pompier. Les gens ont été très tôt avertis de l'épisode, ce qui leur a permis de se préparer, et ont dans l'ensemble respecté les consignes".

Ainsi, dès le vendredi, deux jours avant l'épisode, Météo France place l'île de beauté en vigilance orange "pluie-inondation". Le lendemain, les risques "vent violent" et "vague-submersion"sont ajoutés. 

 

Vigilance jaune, orange, rouge


Un système que le service de météorologie détermine et actualise quotidiennement pour toute la France - métropole et DOM-TOM -. Il est destiné à alerter les populations des phénomènes climatiques en cours ou à venir, et à apporter des consignes comportementales. Sa création remonte à la fin 1999, avec le passage de la tempête Lothar en Corse.

D'une rare intensité, elle laisse l'île endeuillée d'une soixantaine de personnes. De nombreuses habitants restent privés d'électricité pendant plusieurs jours.

C'est justement pour éviter qu'un désastre de pareille ampleur ne se reproduise que Météo France décide de mettre en place un système de vigilance à trois niveaux : jaune, orange et rouge. 
 

Multiplication des phénomènes


Un système expérimenté par la Corse 17 ans plus tard. Le 24 novembre 2016, l'île est placée en vigilance rouge - le seuil maximal - "pluie-inondations". Des précipitations intenses qui inondent nombre de foyers corses, au grand désespoir des malheureux. "Ca a pris dans la maison, sans qu'on ne puisse rien faire, se désolait alors cette habitante de Borgo, contemplant les dégâts. Ma voiture c'est fini, je ne l'ai plus. Je suis en recherche d'emploi, je n'ai pas de sous, plus de maisons..."

Deux ans plus tard, après la pluie, c'est le vent qui s'abat sur l'île. La tempête Adrian est une première : jamais la Corse n'avait connu un tel épisode météorologique, avec des vents soufflant jusqu'à 230 km/h.
 

Les interventions des secours sont nombreuses et périlleuses, et laissent craindre le pire. Aucune victime ne sera fort heureusement à déplorer.

Des événements qui rappellent le récent passage de la tempête Fabien et qui tendraient à se multiplier au cours des dernières années.
 
Corse : retour sur 20 ans de tempêtes
Equipe : MARCHIANI Jean-André - POIRIER Sylvie - LAMETA Dominique

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus