Covid19 : des tests de dépistage disponibles dans les cinq aéroports qui relient le Continent à la Corse

Le préfet de Corse a imposé la réalisation d'un test anti-Covid-19 avant toute arrivée en Corse pour les fêtes. Les voyageurs auront ainsi l'obligation de se faire dépister en laboratoire, en pharmacie, ou encore dans l'un des cinq aéroports en liaison avec l'île.

Des tests antigéniques sont réalisables pour les voyageurs depuis novembre à l'aéroport Paris-Orly.
Des tests antigéniques sont réalisables pour les voyageurs depuis novembre à l'aéroport Paris-Orly. © Vincent ISORE / MaxPPP

À compter du samedi 19 décembre, et jusqu’au 8 janvier 2021, il sera désormais obligatoire de réaliser un test de dépistage RT-PCR ou antigénique pour se rendre en Corse. Une mesure qui s’applique aussi bien pour les transports aériens que maritimes, à réaliser au moins 72h avant l’embarquement.

Pour se faire, les voyageurs pourront se rendre en laboratoire ou en pharmacie. Mais également dans certains aéroports.

Dans un communiqué daté du 12 décembre, Air Corsica indique ainsi qu’il sera possible pour sa clientèle "d’effectuer des tests antigéniques au départ des cinq aéroports qu’elle relie à la Corse pendant les vacances de fin d’année".

À savoir :

Des tests qui pourront être effectués en aérogare dès 72h avant le départ, "mais aussi le jour même du voyage, sur rendez-vous", précise la compagnie aérienne. "Les sites internet des cinq aéroports concernés indiquent les modalités pratiques en vigueur pour chacun d’entre eux".

Sur les trois prochaines semaines, 50.000 sièges sont programmés par Air Corsica sur 15 lignes régulières depuis le continent vers les 4 aéroports de Corse. Selon les estimations, entre 40.000 et 45.000 voyageurs par semaine sont attendus en Corse sur la période. 

Un système qui s'inspire de mesures déjà en place pour l'Outre-mer

L’annonce de tests obligatoires avant arrivée sur l’île pour les fêtes d’année est tombée le 12 décembre, lors d’une conférence de presse tenue par le préfet de Corse, Pascal Lelarge, et la directrice de l’Agence régionale de santé, Marie-Hélène Lecenne.

Les voyageurs en provenance du continent devront ainsi présenter une attestation sur l’honneur indiquant ne pas avoir été en contact avec la Covid-19, ne pas présenter de symptômes, et ne pas avoir été testé positif.

Pour s'assurer de la bonne mise en marche du dispostif, des contrôles de police aléatoires seront effectués dans les ports et aéroports, a assuré Pascal Lelarge. Les contrevenants s’exposeront à une amende de 135€.

Un système qui s'inspire, avec toutefois moins de fermeté, de celui déjà en place dans les territoires d'Outre-mer. Depuis la fin octobre, les voyageurs en provencance de France métropolitaine doivent ainsi présenter un test antigénique ou RT-PCR négatif, faute de quoi ils ne peuvent embarquer. 

Et qui n'est pas sans rappeler le GreenPass, passeport sanitaire demandé par l'exécutif en juin dernier. Un comparatif par ailleurs relevé par la directrice de l'Office des transports, Vanina Borromei. Dans une publication Facebook, cette dernière s'est réjouit de la mise en place de ces nouvelles mesures, "enfin". 

Un enthousiasme que ne partage pas le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni. Dans un communiqué co-signé avec le président du groupe Corsica Libera, Petru Antone Tomasi, il regrette un nouveau dispositif de contrôle des flux de passagers sur l'île acté "sans concertation avec les élus"

À ses yeux, ces mesures reprennent des propositions formulées et votées au printemps par l'assemblée, mais "édulcorées à un tel point que le dispositif de contrôle des passagers présenté par l'Etat se limite à une simple déclaration sur l'honneur".

Jean-Guy Talamoni est ferme : "nous réitérons notre position consistant à instaurer l'exigence de tests négatifs au départ des liaisons maritimes et aériennes vers la Corse". Cela à mettre en place "immédiatement", estime-t-il, sans attendre l'autorisation de l'administration de l'Etat.

Protéger les personnes âgées et en infection de longue durée

Avec 32 personnes positives à la Covid-19 pour 100.000 habitants sur la première semaine de décembre, la Corse dispose d’un des taux d’incidence les plus faibles de la France métropolitaine. Un bon score que la préfecture de Corse et l’ARS entendent désormais conserver – voire améliorer – dans les semaines à venir, et ce même à l’approche des festivités hivernales.

"Qui dit fêtes de fin d’année dit regroupement familiaux, a rappelé Marie-Hélène Lecenne, directrice de l’ARS. Et donc un risque d’exposer nos 70.000 personnes âgées et nos 40.000 personnes en infection de longue durée". Au risque de sur-solliciter les services de santé dans les semaines qui suivront. 

Selon le dernier bilan de situation publié le 12 décembre, la Corse comptabilise 138 décès liés au coronavirus depuis le début de la pandémie. 29 personnes sont toujours hospitalisées, dont 6 en réanimation.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports aériens économie transports