Un collectif féministe organise une mobilisation contre les violences sexuelles le 19 juillet à Calvi

Après Bastia et Ajaccio, une nouvelle mobilisation contre les violences sexistes et sexuelles aura lieu à Calvi, le dimanche 19 juillet à 18 heures. Elle est organisée par Donne in Lotta, un nouveau collectif féministe fondé en Balagne, et s'inscrit dans le contexte du mouvement #Iwas.
L'affiche de l'appel à la mobilisation à Calvi.
L'affiche de l'appel à la mobilisation à Calvi. © Donne in Lotta
Le mouvement #Iwas a créé des vocations. Quatre semaines après une première mobilisation à Bastia, et deux semaines après une seconde à Ajaccio, une nouvelle mobilisation contre les agressions sexuelles, les violences faites aux femmes et les violences sexistes aura lieu sur l'île. Cette fois-ci, le rassemblement se déroulera à Calvi, dimanche 19 juillet à 18 heures devant la Sous-préfecture.

Et pour ce troisième appel à la mobilisation, l'appel ne vient pas du collectif #Iwascorsica, mais de Donne in Lotta, un nouveau collectif féministe fondé sur le territoire de la Balagne. "On s’inscrit dans la même démarche (que #Iwascorsica), et on voulait faire un événement dans le même esprit, explique l’une des fondatrices du collectif Anne-Laure Cristofari. On travaille sur les mêmes thèmes, mais on avait besoin de se mobiliser là où on vit."
 

Des organisatrices différentes, une cause commune


Sur l'affiche, on y voit le symbole féminin ♀, un poing et le bandeau présent sur le drapeau de la Corse. Covid-19 oblige, le "port du masque est recommandé". Même si les organistrices ne sont pas les mêmes, le rassemblement abordera les mêmes revendications que le collectif #Iwascorsica. "On rester modestes, on espère entre 50 et 100 personnes à la manifestation", glisse Anne-Laure Cristofari, dont le slogan du collectif est clair : "Donnons de la voix".

Le mouvement #Iwas est apparu aux États-Unis, le 1er juin dernier. Il a rapidement été relayé en France et en Corse, et plus de 50 000 témoignages ont été publiés dans le monde. Sur l’île, le phénomène s’est propagé rapidement et a surpris par son ampleur. France 3 Corse ViaStella y avait notamment consacré un long format où des victimes témoignaient.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société