Transport des déchets vers le continent : deux chefs d'entreprise mis en examen pour entente illicite

L'information judiciaire, ouverte en 2018, porte sur un marché de transports des déchets vers des incinérateurs du continent au printemps 2020.

L'affaire remonte à un peu plus de quatre ans, alors que le Covid vient de se déclarer et que la pandémie chamboule le fonctionnement de la société insulaire. Parmi les problèmes rencontrés au quotidien par les pouvoirs publics, la gestion des déchets, déjà très problématique sur l'île, alors que le centre d'enfouissement des ordures de Viggianello est bloqué par le collectif Valincu Lindu.

Plusieurs millions d'euros

La Corse a besoin d'exporter ses déchets vers les incinérateurs de Nice, de Fos-sur-Mer et de Vedène, dans l'urgence, et le Syvadec attribue le marché, pour 21.000 tonnes de déchets, à deux sociétés : 

La première est celle de Patrick Rocca. Elle transporte et traite les déchets. La seconde, celle d'Ange-Michel Moracchini gère un centre de tri en Haute-Corse (elle a également décroché il y a quelques mois le marché du centre de surtri de Monte, en partenariat avec la société Energiepole).

Montant de l'opération, 5 millions d'euros. 2,7 millions pour le transport, pris en charge par la CdC, et 2,3 millions d'euros pour le traitement, payés par le Syvadec.

Favoritisme

La justice s'est intéressée dès 2018 à ce marché, ont révélé nos confrères de Corse-Matin. Une information judiciaire a été ouverte du chef de "favoritisme", et étendue en 2020 à des faits d'"entente illicite".

Le procureur de la République de Bastia, Jean-Philippe Navarre nous a confirmé que dans le cadre de cette information judiciaire, les deux chefs d'entreprise ont été mis en examen en septembre dernier.

Les avocats des deux hommes n'ont pas souhaité faire de commentaire.