Neuf incendies meurtriers qui ont marqué l'histoire de la Corse

Ces cinquante dernières années, la Corse a été marquée par de nombreux incendies, qui ont parfois coûté la vie à des soldats du feu. Retour sur ces feux meurtriers dans une liste non-exhaustive. 

Plusieurs secouristes ont perdu la vie dans des interventions pour des incendies en Corse au cours des cinquante dernières années.
Plusieurs secouristes ont perdu la vie dans des interventions pour des incendies en Corse au cours des cinquante dernières années. © Florent SELVINI / maxppp
Les départs de feux sont monnaies courantes sur l'île de beauté en période estivale. En 2019, on en recensait pas moins de 734, avec plus de 1.812 hectares brûlés. Cette année, au 17 septembre, la banque de données Prométhée - qui énumère les incendies détéctés en région - dénombre déjà 513 incendies, et 4.083 hectares de forêts partis en fumée.

Si la plupart des incendies sont fort heureusement rapidement maîtrisés, certains restent, des décennies plus tard, encore marqués dans la mémoire insulaire pour les victimes qu'ils ont emportées, notamment parmi les soldats du feu. Retour sur neuf d'entre eux.
 Deux jeunes sapeurs-pompiers, Jean-Louis Arbori et Philippe Bressy, trouvent la mort en prenant part à l'intervention de lutte. Ils avaient 16 ans.
 Patrick Amico, 19 ans et sapeur-pompier de la 2e compagnie de l'UIISC n°7 de Brignoles perd la vie dans la lutte contre ce sinistre.

 L'incendie, qui semble maîtrisé en fin de matinée, se renforce sous l'effet du vent, menaçant plusieurs habitations isolées dans le maquis. La section Vulcain 11 de l'UIISC 5 est alors placée en défense de points sensibles.

Le sergent Dominique Naude, face à une situation désespérée, ordonne à se hommes de se retrancher. Lui-même se trouve encerclé par les flammes aux abords d'une ferme. Il n'en ressortira pas vivant. Les sapeurs-pompiers de Balagne sont mobilisés. Parmi eux, Serge Martinelli, 23 ans. Le jeune homme, bénévole engagé au sein du comité communal feux de forêts de Nessa, est mortellement blessé par le largage d’un avion de la Sécurité civile.

Le groupe A Filetta lui rend hommage dans une chanson, parue en 2014. L'intervention est menée par le centre de secours de l'Ile-Rousse, renforcée par des moyens aériens, et complétée par la section Vulcain 11 de l'UIISC 5. Cette section se trouve mise en danger à la suite d'un vent fort venu renforcer l'incendie à l'endroit où elle est positionnée.

Sept intervenants sont gravement atteints par les flammes, et deux d'entre eux y perdent la vie : les sapeurs-pompiers Nicolas Cameau et Pascal Fauvel, 23 et 22 ans respectivement. À la suite de ce drame, Patrick Botey, alors chef du centre de secours de l'Ile-Rousse, est condamné en première instance par le tribunal correctionnel de Bastia à deux ans de prison avec sursis et 5.000 euros d'amende. Une mauvaise gestion de l'incendie lui était reprochée.

En 2009, la cour d'appel de Bastia a finalement décidé de sa relaxe pour les chefs d'inculpation "d'homicides et blessures involontaires", abaissant sa condamnation à six mois d'emprisonnement avec sursis pour "subornation de témoins".

Outre les morts par le feu, on recense trois crashs survenus au cours de lutte contre les incendies.
 Philippe Gallet, 48 ans et père de quatre enfants, perd la vie.
 Mais quelques minutes après le décollage de l’engin, alors que l’équipe de pilotage déverse en urgence des tonnes d’eau sur la zone sinistrée, elle perd le contrôle de l’appareil.

L'appareil s'écrase aux alentours de 9h du matin, dans un champ de la commune de Ventiseri. Kerry Walchuk, le pilote canadien, et Jacques Pierrard, copilote, disparaissent dans l’accident. Les rapports initiaux officiels font état d’une rupture en vol après un largage d’eau.
 Le deuxième avion de la formation, Pelican 36, s'apprête à effectuer un largage sur la flanc d'une colline quand il pénètre dans une zone enfumée, qui masque la visibilité des pilotes pendant plusieurs secondes. La queue de l'appareil se détache du fuselage, et l'avion s'écrase et prend feu.
Les deux pilotes sont morts dans la chute de l'appareil Pelican 36. Celui-ci s'est disloqué en plein ciel au cours d'une intervention pour un feu à proximité de Calvi.
Les deux pilotes sont morts dans la chute de l'appareil Pelican 36. Celui-ci s'est disloqué en plein ciel au cours d'une intervention pour un feu à proximité de Calvi. © Denis DEROND / maxppp
Les moyens de secours déployés sur le lieu du crash, au niveau de Pietramaggiore, ne sont malheureusement pas suffisant pour sauver la vie du pilote, Ludovic Piasentin, 50 ans, et de son co-pilote Jean-Louis de Bénédict, 55 ans.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers pompiers