Vendenheim : les propos du curé font polémique

Réactions après un éditorial du prêtre de Vendenheim qui rapproche pratiques nazies et loi sur le mariage pour tous.

La "démonstration" a été écrite dans le bulletin d'automne des paroisses de la porte Nord de Strasbourg.

Signée "Père René-Philippe Rakoto", elle part du postulat que les pratiques nazies (comme l'eugénisme ou la stérilisation forcée des handicapés) dénoncées et condamnées à l'issue de la guerre sont devenues aujourd'hui "un signe de modernité et de progrès moral".

Plus que discutable, surtout lorsque le père Rakoto va plus loin en assimilant ces pratiques nazies à la future loi sur le mariage pour tous. "Les seules choses qui pourraient manquer pour "être parfaitement modernes et en phase avec la société", écrit-il ironiquement, serait le mariage des personnes de même sexe et la possibilité pour ces mêmes personnes d'adopter des enfants."

Eugénisme, stérilisation forcée des handicapés et mariage homosexuel, le bulletin paroissial devenu le grand fourre-tout d'amalgames plus qu'étranges et de raccourcis est donc désormais la cible des réactions les plus vives.

Le MJS du Bas-Rhin, Mouvement des jeunes socialistes, s'est donc insurgé par le biais d'un comuniqué de presse : "Il faut aujourd'hui mettre fin à la désinformation et aux préjugés utilisés par certains opposants au mariage pour tous, écrivent-ils. Ce sont des propos comme ceux du père Rakoto qui tuent chaque année des jeunes citoyens, ajoutent-ils tout en rappelant que "chaque jour, dans notre pays, des jeunes souffrent et meurent des suites des discriminations liées à leurs préférences sexuelles".

Le bulletin paroissial



L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité