• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Pinar Selek, sociologue réfugiée à Strasbourg, est jugée pour la 4e fois en Turquie

Pinar Selek, sociologue réfugiée à Strasbourg / © © France 3 Alsace
Pinar Selek, sociologue réfugiée à Strasbourg / © © France 3 Alsace

Aujourd'hui s'est ouvert en Turquie le 4e procès de Pinar Selek sociologue réfugiée à Strasbourg et accusée d'un attentat à Istanbul en 1998, et qu'elle n'a pas commis

Par Maxime Villirillo

Le quatrième procès de la sociologue turque Pinar Selek, accusée d'avoir participé à un attentat meurtrier commis il y a quatorze ans, mais déjà acquittée à trois reprises, s'est ouvert jeudi devant un tribunal d'Istanbul en l'absence de l'accusée. Elle vit désormais en exil à Strasbourg.
Avant l'audience, la comédienne Deniz Türkali, membre d'un comité de soutien créé en faveur de l'accusée, a dénoncé devant le palais de justice un procès ubuesque. "Nous serons à ses côtés tant que justice ne sera pas faite", a-t-elle déclaré, citée par l'agence Anatolie.

Le cas de Pinar Selek, 41 ans et menacée d'une condamnation à la perpétuité, est très controversé et dénoncé par les défenseurs des droits de l'Homme.
La sociologue, connue pour ses recherches sur les minorités marginalisées, notamment les Kurdes et les transsexuels, est accusée d'avoir aidé des rebelles kurdes à commettre un attentat à l'explosif contre un site très touristique à Istanbul. Il s'agissait du marché des épices sur la Corne d'or, qui a fait sept morts en 1998.
Arrêtée et incarcérée à l'âge de 27 ans, elle a été impliquée dans cette affaire après avoir refusé de donner à la police les noms de rebelles qu'elle avait rencontrés dans le cadre de ses recherches. Elle a été libérée en 2000 après la publication d'un rapport attribuant l'explosion à une fuite de gaz.
Un tribunal d'Istanbul a récemment estimé que le dernier arrêt rendu par la Cour de cassation, qui invalidait l'acquittement de l'accusée, était recevable et que la sociologue serait donc rejugée.

Les tribunaux turcs, estimant que le caractère criminel de l'explosion n'était pas établi et prenant en compte la rétractation du principal témoin incriminant
Pinar Selek, ont acquitté à trois reprises la chercheuse, mais à chaque fois la Cour de cassation a invalidé la décision.

Mme Selek bénéficie d'un soutien en France.

La parlementaire européenne Catherine Trautmann par exemple a envoyé une lettre au Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan.
Dans des déclarations à la presse française, la sociologue a expliqué avoir grandi dans un milieu militant. Son père, avocat qui l'a défendu depuis des années devant la justice turque, était un intellectuel de gauche, qui a passé quatre ans derrière les barreaux à la suite du coup d'Etat militaire de 1980.

Réfugiée à Strasbourg, jugée en Turquie

 

Sur le même sujet

Tournesol géant

Les + Lus