Cet article date de plus de 8 ans

L'usage du logo de la "Marque Alsace" lors de la manifestation contre le mariage pour tous fait débat

Les élus du groupe Socialistes et Démocrates du Conseil Régional d’Alsace dénoncent l’utilisation du code "Marque Alsace" affiché sur une banderole, au cours de la manifestation contre le mariage pour tous organisée à Paris.

La lettre à Philippe Richert




Réaction du groupe Socialistes et Démocrates suite à l’utilisation du code « Marque Alsace » lors de la manifestation contre le mariage pour tous hier à Paris.

Les élus du groupe Socialistes et Démocrates du Conseil Régional d’Alsace dénoncent avec fermeté l’utilisation du code "Marque Alsace" affiché sur une banderole, au cours de la manifestation contre le mariage pour tous qui s’est tenue hier à Paris. Ils rappellent que chacun est libre de se positionner sur ce sujet comme il l’entend, mais qu’à aucun moment, un outil de communication créé par une institution publique ne doit s’inviter dans ce type de débat. Ils rappellent notamment que l’utilisation du code de la Marque Alsace requiert une inscription obligatoire via le site officiel du Conseil Régional et s’interrogent donc, au vu des procédures habituelles à respecter pour bénéficier de la charte graphique, sur la manière dont les organisateurs du cortège alsacien ont pu exploiter la charte graphique de la Marque Alsace sans obtenir de validation officielle. Ils exigent, dans les plus brefs délais, des explications claires et argumentées du Président du Conseil Régional, quant à cette utilisation scandaleuse et inappropriée.

Dans une lettre adressée à Philippe Richert, président de la Région Alsace, Mathieu Cahn, premier secrétaire fédéral de la fédération PS du Bas-Rhin, souhaite qu'il explique "les raisons pour lesquelles ses services ont autorisé l’usage de la marque Alsace lors de cette manifestation. S’il devait s’agir d’un détournement et d’un usage frauduleux, nous serons attentifs aux suites que vous comptez donner à de tels agissements" précise-t-il.



 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique