Cet article date de plus de 8 ans

Skylander : Sursis jusqu'au 16 avril

Coup de théâtre à 16h15,  mercredi 3 avril 2013, le tribunal de Briey qui devait sceller le sort de l'entreprise SkyAircraft, porteuse du projet d'avion léger Skylander a renvoyé sa décision (finale?) entre liquidation ou continuation d'activité au mardi 16 avril à 11h.
Les salariés de Skylander devant le tribunal de Briey le 3 avril 2013
Les salariés de Skylander devant le tribunal de Briey le 3 avril 2013 © France 3 Lorraine
Le tribunal de commerce de Briey qui devait , mercredi 3 avril 2013 à 15h, annoncer la liquidation ou la porsuite d'activité de la société SkyAircraft, et les conséquences pour les 113 personnes encore sur le site et le projet d'avion léger tout terrain Skylander a finalement choisi de repousser sa décision au amrdi 16 avril à 11h.

La piste chinoise semble maintenue malgré l'absence, à la date de l'audience, d'engagements financiers réels. L'avocat du repreneur français adossé au groupe chinois était toutefois présent à l'audience comme en témoignait notre confrère de L'Est Républicain Philippe Rivet sur son compte Twitter. 

Alors que le carnet de commande comportait depuis plusieurs mois des commandes fermes, le Skylander pourrait donc encore voir le jour en Lorraine. Ou sous d'autres cieux.

Des salariés désabusés

De leur côté, les salariés, rassemblés dès la mi-journée devant le tribunal (photo), ont comme seule réelle consolation d'avoir reçu leur salaire de mars et dénoncent sur leur blog un incroyable "gâchis" : "le glas sonne pour Sky Aircraft à Chambley, Sky Aircraft qui n’avait mérité ni cet excès de notoriété à l’échelon régional, ni cette indignité. (...) On ne peut s’empêcher de constater l’accumulation de mauvais jugements et de manques de clairvoyance. Il est difficile à ce niveau de croire qu’il s’agisse de simples erreurs. Cela témoigne-t-il d’une dramatique incompétence ?"

Interrogée en direct dans le e1213 de France 3 Lorraine, Nathalie Hannis, représentante CFE-CGC a précisé que "l'unique repreneur, (le français Lionel Potron, 34 ans, actionnaire majoritaire de Hong Kong Aero Technology Group Corporation) ne s'était plus manifesté depuis une semaine tandis qu'aucun contact n'avait eu lieu depuis plusieurs semaines avec Serge Bitboul".
Comme ses collègues, elle espère un miracle mais sans vraiment y croire.



Bitboul unique responsable ?​

Un formidable gâchis dont le principal responsable semble Serge Bitboul être le PDG de la maison mère de SkyAircraft, Geci International.
Mais est-il réellement le seul responsable ? Pas sur. De nombreux industriels aéronautiques français (Dassault, EADS, Safran, Eurocopter, etc.) auraient pu mais n'ont pas souhaité s'investir dans le projet Skylander. Le FSI tout comme des responsables gouvernementaux et leurs conseillers sont montrés du doigts, à mots à peine couverts, par des élus lorrains qui auront jusqu'au bout soutenu le projet d'avion lorrain.

Dès élus, dont Jean-Pierre Masseret en tête, qui attendent désormais de récupérer l'argent avancé.

Le point sur la journée



Retrouvez notre dossier complet
Le Skylander : reportages et analyses
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
skylander justice social