Christiane Pallez sous le coup d'une enquête pour “abus de confiance“ et ”prise illégale d'intérêt” démissionne de son poste de présidente de l'ATSL

© Capture d’écran Républicain Lorrain.
© Capture d’écran Républicain Lorrain.

L'adjointe PS aux affaires sociales de Metz, soupçonnée d'avoir imposé l’embauche de son gendre dans l'association qu’elle préside de droit comme élue de la ville, démissionne de ce poste de même que son gendre. C'est un communiqué de la ville qui l'annonce.

Par Thierry Pernin

Christiane Pallez de même que son gendre, tous deux mis en cause dans cette affaire, ont démissionné mardi 7 mai 2013. L'élue était présidente de l’Association Seniors Temps libre (ATSL).

Le communiqué de la ville de Metz :

Le Maire de Metz a pris acte du dépôt de plainte auprès du procureur de la République de Metz de la Directrice de l’Association Seniors Temps libre (ATSL).Par ailleurs, il a pris connaissance ce jour de la démission de la Présidente de cette association et il a noté également la démission de Monsieur Guillaume B. embauché par l’association depuis un mois et demi en CDD à 1 500 €/mois.Enfin, le Maire de Metz a demandé à l’Inspecteur Général des Services de la Ville de Metz de mener dans les plus brefs délais une enquête administrative approfondie sur le fonctionnement de cette association largement financée par les finances municipales.


Retour sur les faits

Une dénonciation par la directrice de l’association Seniors Temps libre de Metz , a été enregistrée le 6 mai 2013 par la justice. Ce courrier mettait en cause l'adjointe PS aux affaires sociales de la capitale lorraine, Christiane Pallez, présidence de droit de l'association, en tant qu'élue de la ville.

Pierre-Yves Couilleau, le procureur de la République de Metz, a confirmé à France 3 Metz  mardi 7 juin 2013, l'ouverture d'une enquête préliminaire, qui a été confiée à la police judiciaire (PJ).

Le courrier de dénonciation décrit en détails les interventions de l’élue dans le recrutement de son gendre comme responsable hôtelier et dans l'activité quotidienne de celui-ci.

A moins d’un an des élections municipales, Christiane Pallez s'est déclarée dans les colonnes du quotidien messin :

"secouée, effondrée, ce n’est pas possible"


 



Sur le même sujet

Les + Lus