Jo Spiegel, maire de Kingersheim, quitte le Parti socialiste après 38 ans de militantisme

Publié le Mis à jour le
Écrit par Claire Peyrot .

Deux jours après la sévère défaite du PS aux élections départementales, le maire de Kingersheim a annoncé sur sa page Facebook qu'il démissionne du Parti socialiste, dont il "ne partage plus la dimension partisane". Ce midi, il était l'invité du 12/13 sur France 3 Alsace. 

Jo Spiegel était au Parti socialiste depuis 1977. Il estime aujourd'hui que ce ne sont pas des partis, donc du Parti socialiste, que viendront le changement.



durée de la vidéo: 02 min 46


Sur sa page Facebook, Jo Spiegel explique : 

"Je quitte le PS, j'y ai adhéré en 1977. Je le quitte comme j'aurais quitté tout autre parti. Parce que j'ai depuis longtemps la conviction que l'avenir ne se construira pas dans les officines de conquête de pouvoir, les fabriques d'affrontement, et les ambitions égotiques !"



Le maire de Kingersheim depuis 1989 ajoute : "Regardez le niveau affligeant des débats politiques ! L'avenir se construira, lentement, difficilement mais progressivement à partir d'un autre modèle démocratique : moins partisan, plus participatif, plus intelligent. Plus humain !

Ce modèle ne niera pas les désaccords mais il s'évertuera à les dépasser par l'élaboration édifiante de compromis.

Ce modèle émergera pour rendre possibles les changements collectifs en même temps que les transformations personnelles .

A ma place d'élu local, je continuerai à contribuer à son éclosion .

Pour un monde plus responsable et plus solidaire, ici et maintenant .

C'est ma façon d être fidèle à celles et ceux des femmes et des hommes qui y aspirent... A mille lieux de la " vieille politique "

Je souhaite bon courage aux militants qui y croient encore et qui garderont la " vieille maison
" !



Conseiller général du Haut-Rhin depuis 1988, il avait décidé de ne pas se représenter aux dernières élections. Début 2014, ce partisan de la démocratie participative avait refusé la Légion d'honneur.







 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité