Cet article date de plus de 5 ans

Alsace-Moselle : les cultes inquiets pour les cours de religion à l'école

L'enseignement religieux dans les écoles publiques d'Alsace-Moselle risque une "marginalisation rapide" s'il devient optionnel, se sont émus mardi les représentants des cultes reconnus par le droit local, en réaction à une proposition en ce sens de l'Observatoire de la laïcité.

"Le placement de l'enseignement religieux en dehors de l'horaire scolaire irait dans le sens d'une marginalisation rapide", s'inquiètent les représentants des cultes catholique, protestant et juif dans un communiqué. "Qui voudrait le suivre, surtout si aucune autre alternative que le temps libre n'est plus présentée?" s'interrogent les responsables religieux, qui rappellent leur "attachement à un enseignement obligatoirement organisé dans le cadre scolaire, tel qu'il fonctionne depuis maintenant près d'un siècle".

durée de la vidéo: 01 min 46
Alsace-Moselle : les cultes reconnus inquiets pour les cours de religion à l'école


Dans un avis publié lundi, l'Observatoire de la laïcité, une instance rattachée à Matignon, a proposé de faire "évoluer" le droit local spécifique à l'Alsace-Moselle, notamment en rendant pleinement optionnel l'enseignement religieux à l'école. En théorie, cet enseignement est obligatoire dans les trois départements concernés, à raison d'une heure par semaine dans le primaire comme dans le secondaire. Dans les faits, il est cependant facultatif, puisque les familles peuvent demander à en être dispensées.

L'Observatoire a proposé lundi d'"inverser les modalités de choix" pour cet enseignement : il ne reviendrait désormais plus aux élèves qui ne souhaitent pas suivre ce cours de demander à en être dispensés, mais à ceux qui souhaitent le suivre de s'y inscrire. En outre, en primaire, cette heure de religion ne devrait plus être, comme aujourd'hui, intégrée dans les 24 heures de cours hebdomadaire, car cela conduit à ce que "les élèves se voient privés d'une heure d'enseignement général par rapport aux élèves du reste du territoire", relève l'Observatoire.

Dans leur réaction rendue publique mardi, les représentants des cultes estiment qu'avec le système actuel, la "liberté de choix" des familles est "largement satisfaite". Ils demandent que cet enseignement "demeure une proposition faite à tous, et non une +option+ confidentielle, à la discrétion des établissements".

D'après des chiffres cités par l'Observatoire de la laïcité, l'heure de religion est de facto peu suivie dans les écoles: "en 2010, si 63% des élèves suivaient
l'enseignement religieux à l'école primaire, ils n'étaient plus que 30% au collège et 14% au lycée". Et à Strasbourg, on compte même 72,4% de "dispensés".

La réaction de Jean Rottner, maire UMP de Mulhouse

A la lecture du rapport établi par l’Observatoire de la laïcité, on ne peut que s’insurger une fois de plus contre le funeste dessein qui se trame sur le dos de l’Alsace. Abrogation du délit de blasphème, remise en cause de l’enseignement religieux, mais aucune proposition pour lutter contre le fondamentalisme et l’obscurantisme. Pour ne pas avoir à s’atteler aux vrais problèmes de notre société, on tente une grossière diversion avec une attaque en règle du Concordat en vigueur en Alsace-Moselle. (...)  Que la gauche se préoccupe de remettre la France sur les rails de la prospérité plutôt que de s’acharner systématiquement sur l’Alsace.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société religion