• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

3 bonnes raisons de VOIR ou REVOIR le documentaire “Mange-moi”

La famille réunie autour des photos / © Ana Films
La famille réunie autour des photos / © Ana Films

C'est une histoire de famille. Une famille confrontée à l'anorexie mentale de l'une de ses filles. C'est l'histoire de Lucile, soeur de Marie et d'Eléonore, fille de Charles et d'Anne. "Mange-moi", un documentaire d'Éléonore Greif à voir lundi 22 avril, après le Soir 3. 

 

Par France 3 Lorraine

L'exercice aurait pu être difficile. Mais la réalisatrice Éléonore Greif a su reccueillir avec justesse les témoignages des membres de sa famille, à la fois soudés et dissous dans l'histoire de sa soeur cadette, Lucile, atteinte d'anorexie mentale. A voir ou revoir:
Mange-moi
 

1. Suivre le quotidien de Lucile

L'anorexie, c'est cette ombre qui vient ternir le quotidien de la famille Greif. Cela commence par de tout petits conflits: à propos des Danette que sa grand-mère lui achetait. Les repas, partagés en famille, sont peu à peu perturbés par  ses remarques incessantes et son hyperactivité. C'est d'abord une perte de poids, puis l'obsession de la maîtrise de son corps et c'est enfin les hospitalisations. Lucile, 16 ans, tombe inexorablement dans l'anorexie et entraîne sa famille dans sa chute.

J'étais consciente de tout: qui avait mangé quoi? Il fallait que je mange moins que vous
Lucile

Pêle-mêle sur une table, les photos correspondant à la période d'anorexie de Lucile / © Ana Films
Pêle-mêle sur une table, les photos correspondant à la période d'anorexie de Lucile / © Ana Films


2. Vaciller entre contrôle et manipulation

De quel côté va tomber Lucile? Va-t-elle avancer ou rester perpétuellement dans la spirale de l'anorexie? Alors qu'elle croit tout sous  son contrôle, la descente aux enfers devient de plus en plus brutale. Sa famille, totalement impuissante, vit au rythme de ses manipulations. Amour et haine, espoir et souffrance, manipulation et incompréhension, la famille témoigne de son oscillation entre ces sentiments. Éléonore, la réalisatrice en arrive à dire "Tu n'es plus ma soeur!".

Tu lui en veux, et tu t'en veux à toi-même.
Charles, le père de Lucile


La famille reconstitue une frise historique de la période d'anorexie de Lucile / © Ana Films


3. Des photos qui font mal, des mots et des dessins qui aident à guérir

Les mots, avec des dates, posés sur une feuille par sa petite soeur Marie, sont comme une façon de comprendre, de saisir le mal qui enfle. Derrière sa caméra, Eléonore enquête, interroge. Elle questionne ses proches, sur fond de photos de famille, de dessins et de discussions. Les membres de la famille s'adressent toujours directement à la réalisatrice, comme s'ils excluaient la présence du téléspectateur tout en l'intégrant totalement au coeur de l'intimité de la famille Greif. 


Marie et Lucile / © Ana Films


Et sans m'en rendre compte [...] j'ai grignoté ta place dans le monde. [...] C'est un peu comme si tu nous avais donné ton corps à dévorer.
Eléonore, soeur de Lucile

 

 

Documentaire "Mange-moi" d'Éléonore Greif

Production déléguée : Ana Films
Producteurs : Milana Christitch, Gautier Gumpper
Coproduction : France 3 Grand Est
 

Sur le même sujet

Tournesol géant

Les + Lus