• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

3 raisons de regarder le documentaire “Ashcan, la prison secrète” lundi soir après le Soir 3

Le Palace Hôtel à Mondorf-lès-Bains au Luxembourg reconverti en prison secrète pour nazis / © France 3 Grand Est / Les Films de la mémoire
Le Palace Hôtel à Mondorf-lès-Bains au Luxembourg reconverti en prison secrète pour nazis / © France 3 Grand Est / Les Films de la mémoire

Nom de code Ashcan. Si ce nom n'évoque rien pour vous, ce film de Willy Perelsztejn est l'occasion de découvrir un pan de l'histoire de l'immédiate après-guerre 39-45, qui reste méconnu. La période entre l'armistice et le début du procès de Nuremberg. À voir lundi 28 janvier après le Soir 3. 
 

Par Sophie Gueffier

C'est un petit bout d'histoire qu'on ne trouve pas dans les manuels scolaires. C'est aussi une question que l'on se pose rarement. Que s'est-il passé entre l'armistice de 1945 et le procès des dignitaires nazis, le procès de Nuremberg ? Entre le 8 mai et le 20 novembre 1945 ? Que sont devenus ces hommes, détenteurs d'un pouvoir dévastateur, avant d'être présentés devant les juges internationaux. 
Ashcan, la prison secrète répond en partie à ces questions. Voici trois bonnes raisons de voir ce documentaire. 

1- Filmer une ellipse

Au cinéma, on appelle cela une ellipse : une scène, qui, bien qu'elle ne soit ni racontée ni filmée, est induite et comprise par tous. Un personnage monte dans le train. Et dans la scène suivante il en descend. Le spectateur comprend bien qu'il s'est passé le temps du voyage et que le personnage est arrivé à destination. Mais le voyage n'est pas filmé : c'est cela l'ellipse
Cet épisode de l'histoire, raconté dans Ashcan, c'est une forme d'ellipse dans l'Histoire. On connaît l'étape d'avant : l'armistice du 8 mai 45 et la victoire des Alliés sur les nazis. On connaît l'étape d'après : le procès de Nuremberg. 
Mais on ne s'est jamais intéressé à la période entre ces deux étapes. Il s'est pourtant écoulé six mois. 
© France 3 Grand Est / Les films de la mémoire
© France 3 Grand Est / Les films de la mémoire
 

2 - Rencontrer acteurs et témoins

C'est d'abord un témoin inattendu. John Dolibois est un des enquêteurs envoyés par les américains pour tirer un maximum d'informations des prisonniers, avant leur procès. Il n'a pas dit qu'il connaissait Mondorf-lès-Bains au Luxembourg, dont il est originaire. Il ne sait pas non plus à quoi s'attendre dans cette prison. Il se présente près du périmètre de celle-ci. Un garde l'interpelle : 

Pour entrer ici, mon gars, il faut un pass signé par Dieu !

Dolibois se souvient : "ils m'ont laissé entrer, il faut croire que j'avais les bons papiers." De tous les enquêteurs présents dans la prison, il est le seul survivant et son témoignage, tout au long du documentaire, nous donne à voir l'ambiance presque surréaliste qui régnait dans cette enceinte. 

Les prisonniers nazis, au centre desquels se trouve Goering. / © France 3 Grand Est / Les films de la mémoire
Les prisonniers nazis, au centre desquels se trouve Goering. / © France 3 Grand Est / Les films de la mémoire


Les acteurs, ensuite, les dignitaires nazis au premier rang desquels trônent Goering et Doenitz, mais aussi Ley, Keitel. Des hommes bénéficiant de positions de prestige dans le IIIème Reich. Des hommes déchus, mais pas encore conscients de la suite de leur destin. 

3 - Rassembler les éléments d'un scénario tragique

À partir des procès-verbaux des interrogatoires menés par les enquêteurs lors de ces six mois, une pièce de théâtre se construit : "Nom de code : Ashcan". Où l'on suit le travail de la metteur en scène et des comédiens qui donnent corps aux paroles des prisonniers. Où l'on découvre, avec eux, petit à petit, les pensées de ces hommes qui refusent d'admettre leurs responsabilités dans les actes tragiques commis par leur régime. De ces hommes qui tentent encore de croire en leur humanité. 
Les comédiens en répétition : un enquêteur américain pose une question à un prisonnier. / © Bohumil / France 3 Grand Est / Les films de la mémoire
Les comédiens en répétition : un enquêteur américain pose une question à un prisonnier. / © Bohumil / France 3 Grand Est / Les films de la mémoire

Jusqu'à ce moment intense où paraît l'unique archive vidéo du film. 
Jusqu'à ce que l'indicible les fasse taire.

Si d'une manière ou d'une autre vous vous intéressez à l'histoire de la Seconde Guerre Mondiale, ne manquez pas "Ashcan, la prison secrète", lundi 28 janvier après le Soir 3
© France 3 Grand Est / Les films de la mémoire
© France 3 Grand Est / Les films de la mémoire


Vous pouvez voir ou revoir le docuementaire "Ashcan, la prison secrète" ici :
Replay DOC : Ashcan, la prison secrète

Aschan, la prison secrète

Un film de Willy Perelsztejn
coproduction France 3 Grand Est / Les films de la mémoire / Nowhere productions / Création et mémoire
 

Sur le même sujet

Écuroduc Vandoeuvre-lès-Nancy

Les + Lus