Académie de Reims : "le plus grand mal, ce n’est pas d’attraper la covid, c’est d’être déscolarisé", pour la rectrice

Lors de sa conférence de rentrée, vendredi 28 août 2020, la rectrice de l'académie de Reims, Agnès Walch Mension-Rigau a tenu à délivrer un message d'apaisement. Selon elle, l'académie est prête à faire face en cas de covid et le protocole sanitaire est parfaitement adapté à la situation.
La rectrice de l'Académie de Reims, Agnès Walch Mension-Rigau, a tenu à rassurer lors de sa conférence de rentrée du 28 août 2020
La rectrice de l'Académie de Reims, Agnès Walch Mension-Rigau, a tenu à rassurer lors de sa conférence de rentrée du 28 août 2020 © Marc Schmitt/France Télévisions
Parents, professeurs, cette rentrée 2020 sous le signe de la covid19 vous fait peur? Destressez ! C'est en résumé la teneur de la conférence de presse qu'a donné la rectrice de l'académie de Reims, Agnès Walch Mension-Rigau, ce vendredi 28 août. Objectif, présenter les modalités pratiques de la rentrée, avec plusieurs mots d'ordre : "nous devons apprendre à vivre avec le virus", "le plus grand mal dont peut souffrir un élève, ce n’est pas d’attraper la covid, les jeunes visiblement s'en sortent plutôt bien et sont souvent asymptomatiques, mais c’est d’être déscolarisé, de rater la sociabilisation avec ses camarades et l'acquisition des acquis fondamentaux", ou encore "on l’a fait, on sait faire et nous réactiverons l’enseignement à distance si nécessaire".

Le décor est donc planté pour un protocole sanitaire gouvernemental qualifié de "clair, simple et précis". Le plus important étant la scolarisation des élèves, la distance physique devra être respectée "si possible" et si cela ne l'est pas, tant pis ! Le lavage régulier des mains est préconisé, le masque sera lui obligatoire pour les enseignants, ainsi que pour les collégiens et les lycéens. "Le masque sera obligatoire pour les adultes, collégiens et lycéens, c’est la règle fondamentale", pose Agnès Walch Mension-Rigau. En revanche, rien pour les maternelles et les primaires. 

Des masques qui seront distribués aux enseignants par l'Education Nationale mais pas aux élèves. "Cela relève de la panoplie de rentrée, au même titre que d’avoir des baskets et une tenue pour faire du sport. Je rappelle que l'allocation de rentrée a d'ailleurs été augmentée de 100 euros", souligne la rectrice.
 
La rectrice de l'Académie de Reims, Agnès Walch Mension-Rigau
La rectrice de l'Académie de Reims, Agnès Walch Mension-Rigau © Marc Schmitt/France Télévisions


Sur le plan sanitaire donc, pas d'inquiétude du côté du Rectorat qui précise d'ailleurs "qu'aucun département de Champagne-Ardenne n'est en zone rouge" et que "s’il fallait fermer une classe, une école ou plusieurs écoles dans un même secteur, nous sommes prêts". Et de détailler cette éventualité. "C'est une décision qui serait prise par le préfet en concertation avec l'Agence régionale de santé et l'Education nationale. Nous isolerions alors l'élève, lui ferions faire un test, repérerions les cas contacts et si le ou les tests revenaient positifs, nous pourrions fermer la classe, voire l'établissement."
 

S’il fallait fermer une classe, une école ou plusieurs écoles dans un même secteur, nous sommes prêts.

Agnès Walch Mension-Rigau, rectrice de l'académie de Reims.



L'idée serait alors de repasser en cours à distance. "Nous sommes prêts, nous avons tous les outils : ma classe à la maison par le CNED ou encore, au cas où les familles ne disposent pas de matériel informatique, des envois de travail par La Poste, etc. De manière plus globale, "nos plans de formations des professeurs cette année mettent l’accent sur l’accompagnement numérique et l’aide aux cours à distance. Si le cas se présente, les inspecteurs vont les accompagner de manière plus régulière" précise encore Agnès Walch Mension-Rigau.
 

Un premier temps pour réduire les écarts jusqu'à la Toussaint

La rectrice a ensuite donné les pistes de l'autre grand chantier qui attend l'école à la rentrée : réduire les écarts qui ont pu se creuser entre les élèves le temps du confinement, certains n'ayant pas ou peu eu accès aux cours à distance. 

"Pour identifier les besoins, le ministère met à disposition des équipes des tests de positionnement et d’évaluation. Les évaluations en CP, CE1 et 6e mais aussi en seconde et première en CAP existent déjà. Mais là, des tests de positionnement rapides seront proposés aux enseignants de tous niveaux pour les aider à reperer les lacunes des élèves. En fonction des résultats, des fiches pédagogiques les aideront ensuite à parvenir à réduire les écarts. L’idée, c’est qu'aux vacances de la Toussaint, les élèves soient tous égaux", indique la rectrice.

Agnès Walch Mension-Rigau qui a notamment vanté les mérites du dispositif Devoirs faits, au collège. "Actuellement, plus de 50% des collégiens en zone prioritaire suivent les Devoirs faits dans l'Académie de Reims ce qui est beaucoup plus important que la moyenne nationale. A la rentrée, ce dispositif sera proposé à tous les collégiens. J’invite toutes les familles à se saisir de cette chance dès la première semaine. Quand les élèves rentrent chez eux, les devoirs sont faits."
 
Le rectorat, à Reims
Le rectorat, à Reims © Marc Schmitt/France Télévisions

Aide personnalisée, suivi, le Rectorat l'assure, "il n'y aura aucun refus". "Nous disposons de moyens, financiers et humains avec des professeurs volontaires et les nouveaux stagiaires des formations INSPE recrutés dès la seconde année d'université." L'accent sera aussi mis sur l'apprentissage des fondamentaux autour des plans nationaux mathématiques et français.

Bref pour cette rentrée, tout semble pour l'instant sous contrôle du côté du Rectorat qui indique "qu'il n'y a pas plus de danger d’aller en classe que d’aller se promener dans la rue". À bon entendeur !

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société éducation