Alsace : le seul diplôme de houblonnier de France attire à Obernai des candidats de tout le pays

En Alsace, le lycée agricole d'Obernai propose la première et unique formation diplômante de houblonnier en France. Les élèves viennent nombreux de toutes les régions et même des pays voisins.

A deux pas de la brasserie Kronenbourg à Obernai, se trouve la plus grande surface de houblon cultivée en bio, d'Europe. Elle appartient au CFPPA d’Obernai, le Centre de formation professionnelle et de promotion agricole. L'école, qui forme les agriculteurs de la région depuis des décennies, propose depuis deux ans, la seule formation diplômante de France, pour devenir houblonnier.

Les stagiaires viennent de toute la France, même de Belgique pour certains, pour se former à la plantation, culture et récolte du cône vert doré, à l'origine du parfum de la bière. Le lycée agricole s'est spécialisé dans cette culture depuis 2009, suite à la multiplication des microbrasseries et au manque de producteurs bio sur le territoire français. C'est aussi le seul endroit en France à dispenser une formation diplômante de houblonnier.

Les stagiaires, au nombre de trente par session, sont des agriculteurs en recherche de diversification ou des personnes qui veulent changer de vie, comme Florian, jusque-là saisonnier dans les stations de skis d'Ardèche. "Ici j'ai compris les nombreuses contraintes du métier, mais je suis tout de même convaincu que c'est ce que je veux faire, parce que cette culture est tellement magique et captivante. Ça me donne encore plus envie de me lancer." Pour lui, ce sera en Ardèche, où quelques microbrasseries se sont installées et qui ont besoin de houblon. 

Comme lui, Mickaël a suivi toutes les étapes de la formation de 105 heures, répartie entre les mois de mars et octobre. Lui est agriculteur près de Reims dans la Marne, et très curieux de voir si les sols calcaires de ses terres pourront donner du bon houblon. "Moi je suis venu pour savoir si mes sols sont capables de produire du houblon et de comprendre tout l'itinéraire technique pour le faire pousser.

 

Une culture, du matériel et des techniques ultra spécifiques à maîtriser

A Obernai, l'enseignement est théorique d'une part (cours de chimie, cours sur les maladies etc.)  mais la pratique y est essentielle. Le matériel utilisé est fabriqué à partir de machines agricoles existantes, mais transformées, pour s'adapter à la culture et à la récolte des longues lianes couvertes de cônes. "Si on prend une machine banale comme la charrue, on va avoir énormément de bouquins qui vont traiter du sujet, mais ce n'est pas le cas du tout pour ces machines-là." explique Sylvain Schwarz, professeur en agroéquipement au CFPPA. "Pour ces machines, ce n'est que l'expérience et les connaissances acquises sur le terrain, qu'on peut retransmettre aux élèves."

Comment régler l'engin pour qu'il coupe la liane au bon endroit, pour qu'elle s'étende bien et tombe pile sur la remorque? Quelles variétés planter et où? Quelles variétés en bord de culture, pour pouvoir accéder dans les rangs avec les machines ? Les questions sont nombreuses et toutes sont autorisées ici, voire indispensables même, pour avancer dans cet apprentissage atypique.

Tous ici sont convaincus que la filière biologique, qui représente encore moins de 20% de la production globale française, a un bel avenir devant elle et donc pour eux. Freddy Merckling, directeur de l'exploitation, le premier. Il partage avec les stagiaires ses quarante années d'expériences, réflexions et constatations. C'est lui qui leur explique les étapes et subtilités du séchage des cônes. 

En une centaine d’heures, et un peu plus de 2000 euros, les candidats houblonniers suivent toutes les étapes de la production de cette liane, capable de pousser de 30 cm certaines nuits d'été, quand les conditions météorologiques sont favorables. 

A peine créée, cette formation de houblonnier, dispensée au CFPPA d'Obernai, connaît un beau succès. Une centaine de candidats y postulent chaque année, mais trente places seulement sont disponibles. Sur les quatre premières sessions, l'école a déjà formé quatre-vingt personnes.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie emploi