Athlétisme : le Strasbourgeois Jeff Erius, la pépite du sprint français qui court après l’or et le temps

Publié le Mis à jour le
Écrit par Manuel Goetz

Rétro sport (6/16). 16 juillet, Tallinn en Estonie. Jeff Erius (17 ans), établit la meilleure performance européenne de tous les temps, chez les cadets. Le jeune Strasbourgeois, garde la tête froide et continue à tracer sa route, avec les JO de Paris (2024) et de Los Angeles (2028) en points de mire.

16 juillet, Tallinn en Estonie. Jeff Erius (Strasbourg athlétisme agglomération)  en série du 100 m lors des championnats d’Europe juniors, établit la meilleure performance européenne de tous les temps (10’’27) chez les cadets (moins de 18 ans). Un record d’Europe qui confirme encore un peu plus les immenses espoirs placés en lui par l’athlétisme tricolore.

Mais le jeune Strasbourgeois, lui ne s’enflamme pas. "Je n’ai pas vraiment pu en profiter", nous révèle-t-il. "Je suis resté concentré sur la demi-finale puis j’ai été déçu de terminer deuxième de la finale."

Alors je me permets de lui faire remarquer que le vainqueur, le Britannique Toby Makoyawo a 2 ans de plus que lui. Jeff Erius, malgré ses 17 ans à peine, m’interrompt. "Je n’aime pas trop que l’on parle de mon âge. Moi je n’y pense pas." Sacré tempérament. Jeff Erius est un compétiteur.

De fait, je n’ai pas osé lui parler de son chrono de 10’’27 et de le comparer à ceux des stars tricolores du sprint au même âge : Christophe Lemaître (10’’53 en 2007) et Jimmy  Vicaut (10’’56 en 2009). J’aurais pu lui parler aussi de sa troisième place aux championnats de France élite sur 200m (et cinquième du 100m) alors que rappelons-le, il n’est que cadet.

Il veut des titres et ses années chez les cadets l’en ont privé. Pas de grandes épreuves internationales, pour cette catégorie d’âge, en raison de la  pandémie. Alors ce que Jeff Erius retient surtout, de ces championnats d’Europe cet été à Tallinn, c’est qu’il y a fêté sa première sélection en équipe de France (à voir dans la vidéo ci-dessous).

Le jeune Strasbourgeois ne pratique l'athlétisme que depuis quatre ans. Pour progresser, mais aussi le protéger des sollicitations en tout genre, il a quitté l'Alsace pour rejoindre le pôle espoirs du Creps (Centre de ressources, d'expertise et de  performance sportives) de Poitiers (Vienne). "Je bénéficie d'une structure de bonne qualité et je suis élève de terminale, mais mes cours sont adaptés."

En pensant à Paris 2024 et Los Angeles 2028

Jeff Erius espère progresser encore en 2022, avec au programme notamment les championnats du monde juniors. Et pourquoi pas une première sélection en équipe de France seniors. 

Evidemment tous les sportifs rêvent de Paris 2024. "C'est déjà dans deux ans et demi. C'est trop tôt pour moi, en individuel, mais une sélection en relais serait déjà une belle satisfaction. Je pense davantage aux JO de 2028 à Los Angeles [il aura alors 24 ans; ndlr]." Après un dernier stage à Ténérife en décembre, la fin d'année, c'est en Alsace et à Strasbourg qu'il la passera.