CARTE - Alsace : les villes qui maintiennent la fête de la musique et celles qui ne maintiennent pas

Il est tombé il y a quelques jours, le protocole sanitaire ministériel qui s'applique pour la fête de la musique 2021 et il embarrasse bien les communes alsaciennes. Tour d'horizon non exhaustif de ce que préparent ou non les villes pour cette soirée généralement très attendue des habitants.

La ville de Strasbourg a choisi d'annuler tous les événements prévus pour la fête de la musique 2021, en raison du protocole sanitaire jugé trop contraignant
La ville de Strasbourg a choisi d'annuler tous les événements prévus pour la fête de la musique 2021, en raison du protocole sanitaire jugé trop contraignant © Jean-Marc Loos / MaxPPP

C'est un coup de massue. La ville de Strasbourg a choisi d'annuler tous les événements en lien avec la fête de la musique prévue le 21 juin. En cause, le protocole sanitaire édité il y a quelques jours seulement par le ministère de la culture et jugé trop contraignant. Les groupes impromptus sur la voie publique sont notamment interdits pour éviter les rassemblements, toujours limités à 10 personnes.

Fête de La Musique 2021 - Protocole Sanitaire by France3 Alsace on Scribd

Jeanne Barseghian, la maire de Strasbourg a très vite réagi. "Même si nous comprenons que la situation sanitaire est encore fragile, nous regrettons cette annonce tardive. Nous avons une pensée particulière pour les projets amateurs qui comptaient sur cette édition pour partager leur passion et nous permettre de retrouver l’ambiance unique des fêtes de la musique", explique-t-elle dans un communiqué.

La ville de Strasbourg qui avait travaillé sur un programme nomade et adaptable en partenariat avec la préfecture regrette donc cette décision. "Tout était prêt et validé, ajoute Guillaume Libsig, en charge notamment de l'animation urbaine, on s'était basé sur les déclarations de Roselyne Bachelot. Or avec ce nouveau protocole, on ne peut hélas rien maintenir. Nous nous rattraperons cet été", ose-t-il espérer.

A Guebwiller, dans le Haut-Rhin, il a fallu renoncer également la mort dans l'âme. La ville en revanche annonce la reconduite des afterworks apéros, mis en place à la suite du déconfinement en mai 2020. Tous les vendredis soirs du 25 juin au 27 août, la rue de la République sera piétonne, les terrasses agrandies et des animations, des concerts seront proposés.

Idem à Colmar. Tout était planifié, la venue des groupes notamment, différents scenarii avaient même étaient échafaudés. Annulation de tous les événements donc pour les mêmes motifs: la configuration assise imposée même en plein air, les rassemblements de plus de 10 personnes interdits, de même que les concerts dans les bars et les restaurants susceptibles de susciter des attroupements et le couvre-feu à 23 heures sont autant de mesures beaucoup trop contraignantes. La ville de Colmar qui essaie de se consoler avec un programme estival sportif, culturel et événementiel chargé et qui sera dévoilé la semaine prochaine.

Même son de cloche à Sélestat. "Les dernières directives gouvernementales et notamment l'interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes empêchent la tenue d'une fête de la musique classique, déplore Grégory Frantz, responsable communication de la ville. Mais nous avons quand même tenus à marquer le coup en proposant un concert en streaming qui sera diffusé en live sur notre page Facebook". Le groupe des Clockmakers sera ainsi en concert aux Tanzmatten à partir de 21 heures, un concert rediffusé donc sur les réseaux sociaux. 

 

 

Des événements maintenus mais avec un protocole sanitaire très strict

D'autres villes, en revanche, ont fait le choix de maintenir la fête de la musique coûte que coûte. C'est le cas d'Illkirch-Graffenstaden qui ouvre deux lieux au public : L'illiade et la Vill'A. Des groupes amateurs et professionnels locaux pourront se produire sur scène de 18h30 à 21h45. Une jauge est bien sûr fixée, il faudra d'ailleurs s'inscrire au préalable à partir de la semaine prochaine. Et il n'y aura ni buvette ni restauration. Et il est évidemment interdit de ramener de l'alcool sur les sites.

A Saverne, le programme n'est pas encore ficelé mais il y aura bien une fête de la musique même si "en raison du protocole sanitaire, c'est un véritable casse tête chinois et un peu anti-émotionnel, il faut bien l'avouer, reconnaît Eric Wolff, directeur de la culture de la ville. Mais on résiste, on a voulu maintenir mais dans des lieux fermés type théâtre ou espace culturel, rien n'est encore arrêté. Dans ces lieux, on pourra gérer la jauge, il n'y aura donc rien dans l'espace public."

A Obernai, on est en train de se réorganiser. Quatre places de la ville devaient initialement être occupées, un programme intenable avec l'obligation de places assises. Deux lieux tout de même résonneront au rythme de la musique : l'Eglise Saints-Pierre-et-Paul qui proposera au moins un concert d'orgue et peut-être un quintett de cuivres, et la cour de l'espace Athic qui accueillera un concert d'un groupe rock. Attention il y aura évidemment une jauge, premier arrivé, premier servi.

A Saint-Louis, le soir du 21 juin à partir de 18h30, deux voitures vont déambuler dans les rues et diffuser de la musique. Aucun itinéraire n'est communiqué pour éviter les rassemblements, un programme bouleversé par le protocole puisque comme chaque année, des groupes devaient se produire dans les rues, des événements annulés donc.

 

Thann, le contre-exemple

A Thann, la programmation a elle aussi été revue mais la ville a tout de même souhaité maintenir quatre sites ouverts au public : la place Joffre, le Parc Albert 1er, le cercle Saint-Thiébaut et le temple protestant. Avec toujours une jauge, uniquement des places assises et port du masque obligatoire. Au programme : Sorisaya, Pascal Incerti ou encore l'ensemble vocal du pays de Thann.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
fête de la musique culture musique covid-19 santé société