Deux Alsaciens participent aux Jeux nationaux des transplantés à Dôle : “on peut le faire, même si on a été greffé”

Deux Alsaciens participent aux Jeux nationaux des transplantés à Dôle. / © Documents remis
Deux Alsaciens participent aux Jeux nationaux des transplantés à Dôle. / © Documents remis

Ils ont tous les deux été greffés du foie. Thomas à l'âge de 8 mois. Sébastien avait, lui, 27 ans. Deux Alsaciens qui aujourd'hui se préparent pour les Jeux nationaux des transplantés et dialysés qui se tiennent à Dôle du 29 au 2 juin. Leur but : prouver qu'on peut être greffé et sportif.

Par A.B.

C'est sur les murs de l'hôpital de Hautepierre, lors d'un énième rendez-vous médical, qu'ils ont découvert les Jeux nationaux des transplantés et dialysés. Thomas Rochel, 17 ans et Sébastien Cossart, 36 ans, ont tous deux été greffés du foie, il y a quelques années. Ils participent à la 27e édition des jeux organisés à Dôle en Franche-Comté (du 29 mai au 2 juin) pour le plaisir du sport mais aussi pour délivrer un message d'espoir.

"Nous avons failli le perdre, mais il a tenu bon"

Il n'avait que quelques jours, lorsque le diagnostic est tombé pour Thomas. Le nourrisson est atteint d'une atrésie des voies biliaires (AVB). Une maladie orpheline. Il faut opérer. A 4 mois, Thomas subit une lourde intervention. Son pronostic vital est engagé "mais déjà à cet âge-là, c'était un battant. Il y a eu un miracle et il a survécu, raconte sa mère Isabelle Rochel, nous pensions le perdre mais il a tenu bon". Il sera finalement greffé du foie à l'âge de 8 mois et demi. Et pourra démarrer une vie presque normale. Aujourd'hui, âgé de 17 ans, l'adolescent est certes un petit gabarit, 42kg pour 1m69, "il a l'allure d'un enfant de 13 ans, mais comme lors de ses premiers mois de vie, il est resté vaillant", continue sa mère.

Un enfant qui a toujours voulu faire du sport. Il aurait aimé faire du foot, mais trop contraignant pour son état, les sports de contacts lui sont déconseillés par les médecins. Ce sera donc, le cyclisme qu'il pratique au VC Eckwersheim depuis 6 ans. Un sacré tempérament."Quelque soit la compétition même s'il tombe, s'il est dernier, il se relève, poursuit sa course avec le sourire" explique Isabelle Rochel. Pour Thomas qui participe depuis 3 ans aux Jeux nationaux des transplantés, c'est l'aboutissement de mois d'entraînements mais aussi l'occasion "de sensibiliser le public aux dons d'organes. C'est très important pour moi. Les gens doivent être informés sur les dons d'organes et toutes les vies sauvées."

Ce weekend, pour les Jeux nationaux des transplantés à Dôle, il ira concourir lors des épreuves de cyclisme et de tennis de table.


"J'ai pu découvrir les sensations du sport"

A 36 ans, Sébastien Cossart a découvert les sensations du sport. Greffé à l'âge de 27 ans, il n'avait jusqu'alors pas pu s'y mettre réellement. La dégénérescence hépatique dont il était affecté l'épuisait. "Je faisais un peu de vélo, je marchais, mais j'étais très vite fatigué et amaigri", explique Sébastien. C'est après quelques mois de convalescence qu'il s'est remis au badminton, sport qu'il pratiquait quand il était jeune. Puis quelques années, plus tard, il a pu aller encore plus loin, physiquement. L'athlétisme. Inimaginable, il y a encore 9 ans. "Une sensation de bonheur. De liberté. Biensur, nous devons rester prudents, nous restons fragiles, et certaines maladies dites bénignes peuvent générer des complications chez les greffés, nous avons des traitements médicamenteux à vie, ce n'est pas une vie normale mais elle s'y rapproche".

C'est déterminé qu'il participera pour la seconde fois aux Jeux nationaux des transplantés ce weekend à Dôle. "L'année dernière pour ma première participation, j'ai aimé l'ambiance et la chaleur de l'événement. C'est la première fois qu'on peut rencontrer des gens comme nous, mais hors de l'hôpital. C'est un moment assez unique." Sébastien participe aux épreuves d'athlétisme et de badminton.

Thomas et Sébastien défendront les couleurs de l'Alsace à Dôle. Avant les Jeux mondiaux en août à Newcastle. Jamais fatigués nos Alsaciens. Pierre de Courbertin disait "le plus important aux Jeux olympiques n'est pas de gagner mais de participer, car l'important dans la vie ce n'est point le triomphe mais le combat ", une citation qui colle à la peau de nos deux Alsaciens.

 

Des jeux pour promouvoir le don d'organes

C'est la mission de ces Jeux nationaux des transplantés et dialysés depuis 27 ans. Promouvoir la réussite de la transplantation et la nécessité des dons d'organes. D'autant que pour la première fois en France, les chiffres de la greffe en France sont en diminution.

Chaque année, plus de 26.000 personnes ont besoin d'une greffe d'organe en France et près de 200 personnes décèdent faute de recevoir un greffon à temps.
 

Sur le même sujet

Les + Lus