A ECOUTER. La Nasa révèle le son fait par un trou noir : "un son profond, lourd comme le bruit du vent au fond d'un abîme"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Judith Jung

Un chant mystérieux. Alors qu'un trou noir vient d'être découvert au coeur de notre galaxie, la Nasa a publié le son du trou noir de Persée, amas de galaxies parmi les plus massifs de l’univers connu. Un son étonnant.

Bruit d'un vaisseau qui décolle, musique énigmatique de certains jeux vidéo, le son du trou noir publié par la Nasa le 4 mai 2022 sur son site fait marcher notre imagination.  

Il s'agit du son de Persée, trou noir supermassif situé au centre de l’amas de galaxies du même nom, à 250 millions d’années lumière d’ici (assez proche de nous à l'échelle de l'univers).

Pour comprendre ce qu'est ce son et comment les astrophysiciens ont su le capter, nous avons contacté Frédéric Marin, chercheur de l’Observatoire astronomique de Strasbourg, astrophysicien spécialiste des trous noirs. Frédéric Marin essaie de comprendre les trous noirs depuis des années. "Ce sont les objets les plus exotiques de l'univers, aux propriétés fascinantes".

 

Des trous qui émettent donc du son. Plutôt un chant, d'ailleurs. "Le vide entre les galaxies ne permet pas au son de se propager" explique Frédéric Marin "et les astrophysiciens ne disposent d'aucun instrument pour capter le son au sein de la galaxie. Ils ont donc mesuré l'onde sonore grâce aux rayons X récoltés dans le gaz proche du trou noir".

Un son rehaussé de 57 octaves

"En fonction de leurs vitesses, les gaz émis autour du trou noir vont se percuter, se comprimer et générer de la lumière. C'est cette lumière qui a été traduite en son", explique l'astrophysicien.

Le son publié par la Nasa est donc une traduction sonore de l'observation des rayons X par le télescope X Chandra. Un son rehaussé de 57 octaves pour qu'il soit audible par l’oreille humaine. Il existerait autant de sons que de trous noirs, c'est-à-dire plusieurs dizaines de milliards. Pour Frédéric Marin, ce son est un "son profond, lourd, comme le bruit du vent au fond d'un abîme. Un son qui n'était pas destiné à être entendu par l'homme". 

Cette sonification n'est pas la première. En 2019, le télescope spatial Hubble avait déjà réussi à sonifier un amas de galaxies. Plus musical mais tout aussi profond, le son généré à partir d'une image saisie le 13 août 2018, traduit la position des objets de haut en bas et leur intensité lumineuse.

"La plupart des taches visibles sont des galaxies abritant d'innombrables étoiles. […] Les étoiles et les galaxies compactes produisent des sons courts et clairs, tandis que les galaxies spirales étendues émettent des notes plus longues qui changent de ton." décrit la Nasa sous sa vidéo YouTube (en anglais).

Ces sons peuvent "ouvrir la voie à un axe de recherche inattendu pour sonder les propriétés des gaz émis au plus proche des trous noirs" poursuit Frédéric Marin qui se félicite aussi de la publication de ces sons. "L'astronomie est une science visuelle dont les malvoyants ne peuvent pas toujours bénéficier", cette musique cosmique leur permet de découvrir une partie de la complexité, mais aussi de la beauté de notre univers.