• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Presse régionale : une étape de plus vers la fusion des DNA et de l'Alsace ?

Les deux quotidiens régionaux alsaciens / © France 3 Alsace
Les deux quotidiens régionaux alsaciens / © France 3 Alsace

Les lecteurs attentifs de la presse quotidienne régionale l'auront remarqué. Depuis lundi, les DNA et L'Alsace publient les mêmes articles dans leurs pages "Sport". Nouvel acte vers une fusion des deux journaux, déjà entamée à Paris depuis le rachat du groupe EBRA par le Crédit Mutuel en 2011.

Par Danièle Léonard

La fusion des deux quotidiens alsaciens est en filigrane depuis le rachat par le Crédit Mutuel du groupe L’Est républicain en juillet 2011, auquel était intégré le quotidien Les Dernières Nouvelles d’Alsace. L'Autorité de la concurrence, qui veille à la pluralité de la presse, avait prescrit le maintien des éditions existantes pendant une période de cinq ans minimum.

Passé ce délai, donc depuis juillet 2016, tout est devenu possible. Une fusion des deux titres, déficitaires comme la plupart des quotidiens régionaux, permettrait à l'actionnaire de réduire ses coûts. 

Une fusion déjà entamée


Dans les faits, certains contenus des deux journaux sont déjà partagés. Les articles des pages nationales et internationales sont communs et rédigés par les journalistes de l'agence de presse parisienne "Euro information", une filiale du Crédit Mutuel.

En Alsace, un rapprochement existe déjà dans les villes où les deux titres sont présents. Les pages locales sont les mêmes. "Certaines rédactions des DNA et de L'Alsace cohabitent sous le même toit", explique une déléguée du personnel. "Depuis février 2017, les journalistes se répartissent les reportages de l'agenda quotidien". C'est aussi le cas à Saint-Louis et Thann depuis quelques années. 

Lors des dernières campagnes présidentielle et législative, on pouvait lire les articles des journalistes politiques dans les deux journaux et depuis lundi, c'est au tour des pages "Sports" de publier un contenu très proche.

Selon une source contactée par France 3 Alsace, le rédacteur en chef des DNA a demandé aux responsables du cahier Sport de "réfléchir à un projet commun permettant de conserver l'ensemble des effectifs". Résultat : des articles souvent publiés dans les deux quotidiens. Exemple ce jeudi sur le première séance d'entraînement du Racing ou encore le recrutement de Kenny Lala, la "première recrue estivale du club". Seule la mise en page change

Les pages "Sports" de L'Alsace et des DNA / © France 3 Alsace
Les pages "Sports" de L'Alsace et des DNA / © France 3 Alsace

"Une évaluation" du pôle presse

Certains journalistes s'inquiètent, des rumeurs courent. France Bleu Alsace évoque mercredi la possible suppression de 150 à 170 emplois dans les prochains temps.


"Au temps de Michel Lucas [NDLR, ancien président du Crédit Mutuel et patron du pôle presse du Crédit Mutuel], c'était l'immobilisme, rien n'a été fait pour pérenniser les emplois. Là, ça va changer, c'est sûr, mais beaucoup trop vite et trop brutalement', redoute la déléguée du personnel.


Fin 2016, le Crédit Mutuel a confié une "évaluation" des neuf titres de son pôle presse à Philippe Carli, qui succèdera officiellement à Michel Lucas le 18 septembre prochain.

Les conclusions ont été remises à l'actionnaire début juin et présentées aux élus du Comité d'Entreprise il y a une huitaine de jours, nous explique Francis Hirn, président directeur général des Dernières Nouvelles d'Alsace.

Il se veut apaisant. L'actionnaire "a décidé de rester dans la presse. Il gardera le périmètre des neuf titres, mais il fera en sorte que les journaux retrouvent un équilibre économique. Une des pistes est le numérique."


Officiellement, rien n'est fait


Alors les 150 à 170 suppressions de postes ? "Une anticipation audacieuse", répond le PDG des DNA. "Il y aura des ajustements à faire au niveau de la production. Les capacités de la presse régionale sont surdimensionnées". Il confirme un probable "plan de restructuration ou d'assainissement, dans une optique de coopération plus large entre les rédactions des deux journaux". " Mais s'agissant des journalistes, "rien n'est acté".

La rédaction des Dernières Nouvelles d'Alsace compte 140 journalistes et celle de L'Alsace, une petite centaine. 



























Les Dernières Nouvelles d'Alsace et L'Alsace en quelques chiffres

Les DNA, fondé le 1er décembre 1877, ont leur siège à Strasbourg. Elles : 
- emploient 450 personnes, dont 140 journalistes
- publient 18 éditions quotidiennes
- tirent 150 000 exemplaires chaque jour et revendiquent une audience de 630 000 lecteurs.

L'Alsace, fondée à Mulhouse le 24 novembre 1944, est basée à Mulhouse. Il :
- compte environ 300 salariés, dont un peu moins de 100 journalistes
- publie 7 éditions
- tire à 80 à 85 000 exemplaires

Sur le plan économique, les deux quotidiens sont déficitaires. Les DNA depuis deux ans, et L'Alsace depuis longtemps.

Sur le même sujet

EDR - le mouvement anti-spéciste

Les + Lus