Témoignage. Permis de conduire dès 17 ans, "malheureusement les jeunes vont casser la conduite accompagnée pour le passer plus tôt"

Depuis le 1er janvier, un jeune de 17 ans peut passer le permis et conduire seul. Que pensent les professionnels de cette nouvelle mesure gouvernementale ? La responsable d'une auto-école de Geispolsheim (Bas-Rhin) explique ses craintes d'effets négatifs découlant d'une baisse de l'âge des jeunes conducteurs.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Depuis le 1er janvier, Sandra Zanetti, responsable d'une auto-école de Geispolsheim (Bas-Rhin) a déjà vu défiler bon nombre de jeunes de 16 et 17 ans, venus se renseigner sur les nouvelles modalités du permis de conduire.

En effet, un jeune de 17 ans a désormais le droit de passer son permis B et de conduire seul, sans attendre sa majorité. Jusqu'à fin 2023, obtenir son permis à 17 ans était déjà possible, à condition d'avoir opté pour un apprentissage en conduite accompagnée. Mais il fallait avoir 18 ans pour pouvoir conduire de manière autonome.

Désormais, cette limite d'âge est abaissée d'un an. Et cet engouement immédiat n'étonne pas Sandra Zanetti. "Je pense que c'est l'autonomie qu'ils cherchent. Tout de suite, analyse-t-elle. C'est tout nouveau. C'est comme l'Iphone 15 qui vient de sortir." Elle avait observé le même phénomène à l'instauration de la conduite accompagnée possible dès 15 ans. "On avait été pris d'assaut par les 15 ans, parce qu'ils voulaient tous passer immédiatement leur code." 

Un coup dur pour la conduite accompagnée

En revanche, la responsable d'auto-école se dit inquiète. "Dès que ça a été lancé, on a eu énormément de monde pour le permis de conduire à 17 ans. Mais du coup, on ne parle plus de la conduite accompagnée avec les parents, regrette-t-elle. Tout à l'heure, j'ai vu un jeune homme de 16 ans. Je lui ai parlé de la conduite accompagnée, mais il a dit : "Non, je veux passer le permis de conduire à 17 ans et conduire seul à 17 ans.'"

Elle prévoit aussi que bon nombre de jeunes, actuellement en cours de formation en conduite accompagnée, "du coup n'iront pas au bout de leur formation, et vont casser la conduite accompagnée pour pouvoir passer le permis plus tôt."

Le phénomène peut s'avérer problématique, selon elle. Car la conduite accompagnée, qui se fait généralement avec un parent, nécessite d'avoir roulé plus de 3 000 km avant de prétendre passer son examen. Alors qu'en auto-école, le jeune parcourt autour de 700 km au maximum. "En auto-école, ça se résume à 30, 35 heures de conduite. Donc à nettement moins d'expérience. En trois mois, on le forme, et on le met sur la route."   

Un plus grand risque d'accidents

À terme, Sandra Zanetti craint "que la conduite accompagnée se perde, malheureusement." Alors que selon elle, "c'est l'une des meilleures formations pour les jeunes" avec un effet bénéfique sur la sécurité : "moins accidentogène que la formation des jeunes qui ont uniquement passé par une auto-école".

"Il faut quand même savoir que la tranche d'âge qui se tue le plus sur les routes, c'est celle des 18 à 25 ans. Dans les trois premières années après l'obtention de leur permis." De là à craindre des victimes supplémentaires avec un âge encore abaissé, le pas est vite franchi.

"On a des jeunes matures à 17 ans, et d'autres beaucoup moins, confirme Myriam Gicquel, enseignante à la conduite et à la sécurité routière, qui voit défiler les candidats toute la journée dans son véhicule. Mais, sur le nombre, je dirais qu'à 17 ans, les matures ne sont pas très nombreux. Déjà qu'à 18 ans, il n'y en a pas beaucoup…"  

Elle estime que "conduire est une première activité d'adulte. Or, conduire et rouler, ce n'est pas du tout la même chose. À leur âge, on dit : 'Je roule, t'as vu comme je roule !' Mais on est moins dans l'optique : 'J'ai appris à conduire', et à se recentrer sur ce qu'on a appris." 

Et l'écologie dans tout ça ?

Aux côtés de Myriam Gicquel, Lotfi Boudouaia, lycéen, est assis derrière le volant. Satisfait de la nouvelle mesure gouvernementale, moins pour lui mais "pour les jeunes qui ont 17 ans en fin d'année." Avoir le permis, c'est "être plus autonome et plus libre, pour les loisirs, les études et le travail." Car selon lui, "les transports en commun (…) ne vont pas directement près des lieux de travail ou d'étude."

L'argument ne convainc pas Sandra Zanetti, loin de là. "A 17 ans, hop, ils prendront la voiture et iront à l'école en voiture." Elle y perçoit une contradiction flagrante avec les mesures actuelles incitant toutes à des déplacements plus doux et plus écologiques. "Il y a un peu un non-sens, dans la mesure où l'on prône les transports en commun. Et d'un autre côté, le permis à 17 ans, ça voudra aussi dire la voiture à 17 ans" s'exclame-t-elle.    

Il faudra plus d'inspecteurs

Reste l'épineuse question du passage de l'examen et du nombre de places. L'été dernier, le délai d'attente était encore de six mois. Il est redescendu à moins de trois mois. "C'est fluctuant et lié à l'absence de certains inspecteurs, au manque de personnel qu'il peut y avoir au niveau de l'administration et à une problématique de recrutement, reconnaît Pascale Lienhart, vice-présidente pour le Grand Est du syndicat Mobilians.

Elle assure cependant que "selon les départements, on a pu passer d'une attente de six mois à une attente de quinze jours pour passer le permis. Et dit attendre effectivement que l'Etat mette à disposition des moyens suffisants pour absorber l'ensemble des jeunes et leur permettre de passer l'examen dès que la formation est finie."

Mais Sandra Zanetti, elle, reste dubitative : "On a déjà du mal à avoir les places pour les 18 ans. Donc pour les 17 ans, je ne sais pas, lance-t-elle. Il va falloir établir un ordre de priorité."

Affaire à suivre. Pour rappel, avant de pouvoir s'inscrire au permis B, il faut avoir obtenu au préalable son code. Il est toujours possible de passer le code dès l'âge de 15 ans, si l'on s'inscrit en conduite accompagnée, et dès l'âge de 16 ans, si l'on opte pour une formation en auto-école.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité